La Maison des Grands-Parents de Villeray

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mémoire collective

Le bulletin Mémoire collective est une publication trimestrielle qui a pour but d'informer et de divertir les membres et l'entourage de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Normalement publié en format papier et distribué gratuitement par la poste régulière, le bulletin est également disponible dans internet en version abrégée. Vous pouvez vous procurer la version papier du bulletin Mémoire collective, en communiquant avec nous par téléphone ou par courriel. Nous sommes également en constante recherche de textes à publier; alors si vous êtes intéressés, remplissez le formulaire « À vos plumes ».

Automne 2018

En août, les rénovations des bureaux s’achèvent. Eh ! tant qu’à faire, une phrase classique dans cette situation, il faudrait aussi peindre le salon. Quelle couleur pour un décor accueillant ? Je me retrouve perplexe devant des dénominations parfois un peu tirées par les cheveux, évoquant les voyages ou encore des gourmandises. En voici quelques savoureuses… mousse d’abricot, raisin vert givré, marmelade, ou encore, chaleur de l’été, mer argentée, jaune vagabond, champ de brume, gazon de Miami, champs de blé de Van Gogh, sans oublier envolée de colombes, brume céleste, petite étoile brillante…

Après consultation, ont été retenues sieste sur la plage et bisque de crabe ! Sophie, elle, se retrouve entourée d’un jaune visionnaire. Pour ma part, sieste sur la plage et cantaloup frais constituent mon environnement. Au plaisir de vous voir en cet automne plein de couleurs !

— Francine Goyette, directrice générale



Invitation à nous proposer des textes

Nous publions des textes qui rejoignent notre mission : l'intergénérationnel et ce qui en découle. Nous vous invitons à soumettre vos textes. Le comité du bulletin vous informera si votre texte est retenu. Nous attendons donc vos écrits.

La prochaine date de tombée pour le prochain bulletin est le 26 octobre 2018.

Conseil d'administration
Mardi, 11 septembre, 18 h, première réunion du conseil d’administration depuis l’assemblée générale. Nous formons déjà une équipe liée par le désir de donner, de partager ainsi que par notre intérêt pour cette belle Maison. Nous voulons tout mettre en œuvre pour réaliser sa mission, en faire un grand succès. Depuis 26 ans qu’elle prospère, un bon nombre d’administrateurs se sont succédé. Le relais se passe entre gens concernés et compétents. Je tiens à remercier les administrateurs qui ont quitté en juin dernier et qui ont donné autant de temps et d’énergie pour rendre cette maison forte et heureuse.

C’est ce soir que les postes d’officiers de la corporation sont comblés. Il faut se répartir les tâches pour l’année à venir. Après discussion, voici les résultats : Luc Marchand conserve son poste de secrétaire ; Lorraine Dubuc devient trésorière ; Fabienne Barbe accepte le poste de vice-présidente. Pour ma part, j’ai accepté avec plaisir le poste de présidente et ferai de mon mieux pour garder la belle lancée de mes prédécesseurs.

Je nous souhaite de poursuivre, ensemble, cet engagement si profond.

— Colette Gosselin

Les membres du C. A. 2018-2019
Officiers :
Administrateurs :


Place aux nouvelles

Camp mode en juin, pour une deuxième année

Le Centre de loisirs communautaires Lajeunesse nous a confié les fillettes inscrites à leur camp mode pour un après-midi tricot, le mercredi 27 juin dernier.

Pour les bénévoles de l’artisanat, c’était notre dernière activité avant la relâche de l’été. C’était surtout une de nos activités intergénérationnelles où les enfants sont à même d’apprécier les nouveautés et les découvertes que nous leur offrons, vu leur intérêt pour le secteur mode, choix de leur semaine de camp de vacances. Je dois dire que certaines des fillettes avaient déjà utilisé des aiguilles à tricoter, et on a probablement ravivé leur intérêt ; pour d’autres, ce fut un baptême du tricot. À toutes, j’ai suggéré de parler tricot avec leur maman, leurs tantes, leurs grand-mères et pourquoi pas leurs voisines, au cours de l’été et lors des visites en famille.

Merci aux bénévoles de l’artisanat.

— Louise Bertrand

Camp d'été

Chaque mardi, une vingtaine d’enfants, âgés de 8 à 10 ans, arrivent à la MGPV. Accompagnés de leurs moniteurs, ils sont accueillis par les grands-parents. Tous descendent au sous-sol et se présentent avant de commencer l’activité. Chaque mardi, il y a de nouveaux enfants avec des activités différentes. Les expériences scientifiques sont très appréciées, avec les conseils d’un grand-parent. Avec peu de choses, du vinaigre, de l’huile, du colorant, des ficelles, on obtient des résultats surprenants. Cette année, sous l’œil vigilant d’un grand-père, ils ont peint et décoré un croque-livres. L’activité se termine par un repas pris en commun, puis les enfants partent à la piscine. Nous avons eu avec eux de belles rencontres.

— Véronique Dorison

Atelier philosophique

Le 31 juillet dernier, j’ai eu la chance d’animer un atelier philosophique selon la méthode SEVE (Savoir Être et Vivre Ensemble) mise au point par le philosophe français Frédéric Lenoir et ses collaborateurs québécois.

Le groupe de 12 enfants (8-9 ans), filles et garçons, provenait du camp de jour. Sans surprise, à la question s’ils savaient ce qu’était la philosophie, leur réponse fut un « non » unanime et j’ai pris quelques instants pour expliquer l’origine et le sens du mot philosophie, soit en grec, philea pour amour/amitié, et sophia pour sagesse.

Les enfants ont ensuite fait l’expérience d’un trois minutes de pratique de l’attention (méditation) avec une musique et un texte les guidant à s’imaginer être un arbre. Ils ont beaucoup apprécié et ont ensuite été invités à décrire chacun leur arbre : pour mieux constater qu’ils avaient tous imaginé un arbre différent… En fait, la philosophie sert à cela : constater que les autres, à partir d’un même thème, ne voient pas les choses comme nous et pour se comprendre vraiment, il faut apprendre à discuter en respectant l’opinion des autres.

Ensuite, ils ont fait la lecture d’une Histoire de famille de menteurs, qui tourne autour d’un gâteau d’anniversaire : la mère l’avait caché pour faire une surprise ; la fille ne l’a pas mangé parce qu’elle ne l’aimait pas vraiment, sans l’avouer ; et le garçon s’est empiffré en niant le fait. Les enfants ont choisi de discuter de la question philosophique suivante : doit-on toujours dire la vérité ? À l’aide d’un bâton de parole, les enfants ont compris comment émettre leur opinion en laissant les autres s’exprimer librement.

Une heure de philo n’aura pas changé leur vie, mais j’espère simplement leur avoir fait découvrir une façon différente de penser, de discuter. Du nouveau dans leur vie, quoi !

— Francine Labelle

 

 

Pour en savoir plus...

Kouzin Kouzin'

Cette année, les enfants du camp de jour de la Maison d’Haïti nous sont revenus. C’était un jeudi matin du début d’août. Nous ne les avions pas vus l’an dernier. Et c’est avec plaisir que nous les avons retrouvés ! Ils n’étaient pas bien nombreux, quatre enfants et trois moniteurs, mais les enfants connaissaient tous la Maison pour y être venus déjà. Alors ce furent de chaleureuses retrouvailles occupées au « pliage de livres » et au repas pris ensemble.

— Philippe Trolliet

Jardin

Cette année, j’ai aménagé un petit potager sur la terrasse de la MGPV. Pour la préparation des plants et semis, j’ai bénéficié des mains expertes en jardinage de Claudia et Rolande, deux bénévoles.

Avec l’été caniculaire, il y a eu abondance de tomates et fines herbes telles que le basilic, la menthe et le persil. La cueillette et la dégustation furent de courte durée.

L’an prochain, il faudra mieux planifier l’exposition au soleil et l’arrosage pour éviter de perdre une partie de la récolte.

Ceci étant dit, j’essaierai à nouveau d’imaginer un espace fleuri sur la terrasse et ainsi prolonger notre saison à l’extérieur.

— Hélène Jodoin

Rénovations

Avoir un bureau, ça change pas le monde sauf que…

Sauf que ça fait toute la différence sur la concentration et le sentiment d’avoir enfin un espace à soi. J’ai désormais des murs sur lesquels mettre planifications et calendriers, ce qui me permet d’être mieux organisée. J’ai également un espace pour vous recevoir et pour discuter avec vous tous afin de vous écouter et vous épauler. Pour ma part, c’est franchement le jour et la nuit ; ma qualité de vie au travail en est augmentée. Je peux officiellement dire que ma porte vous sera toujours ouverte, car j’ai un bureau et une porte !

— Sophie Dargy

Bibliothèque

La bibliothèque est une pièce qui vit de grands et profonds changements. Et cela grâce à une subvention pour le soutien à la littératie du ministère de la Famille. De nouvelles étagères accueillent les livres pour adultes, mais aussi, au fond, tous ceux destinés aux conteuses, car cet endroit est en cours de devenir le lieu où se tiendra l’heure du conte. Bien du travail a été fait, bien d’autre reste à faire, non seulement dans ce qu’est ce lieu, mais dans sa façon aussi d’être, dans celle dont le prêt sera organisé. Nous espérons que ces changements verront de nouvelles lectrices — et lecteurs aussi ! — affluer !

— Philippe Trolliet

 


Magasin-Partage de la rentrée

Chaque année, la Maison des Grands-Parents de Villeray se joint à l’équipe organisatrice du Magasin-Partage de la rentrée scolaire. Pourquoi ?

Parce que…

Tous les enfants ont le droit à une rentrée dans la joie et la dignité. En effet, avoir ses effets scolaires comme les autres aide à l’inclusion sociale et à la persévérance scolaire.

Tous les parents veulent offrir le mieux à leurs enfants. Toutefois, la situation familiale ne le permet pas nécessairement. Le stress qui résulte de ces difficultés devient vite apparent.

Toutes les familles cherchent à vivre décemment. Être démuni n’est pas un choix.

La communauté de Villeray est solidaire de la situation de ces 175 familles et
350 enfants.

La Maison des Grands-Parents est solidaire de sa communauté et de ses familles.

Nous y mettons donc énergie, ressources et apport de nos bénévoles ! Merci à tous et bonne rentrée !

— Francine Goyette

Une foule pour la rentrée !

Avez-vous passé un bel été ? Heureusement, cette année, il s’étire langoureusement avec beaucoup de chaleur pour réchauffer les vieux os !

Les soirées s’éternisent sur les terrasses fleuries, les discussions y sont plus joyeuses et plus animées avec cette lumière qui fait des heures supplémentaires !

En été, tout semble plus léger. Il faut en profiter tant et tant puisque septembre est là avec le retour des responsabilités, des obligations et des engagements.

Après un été de détente, comme il est bon de reprendre le collier et de retrouver ses pairs et des horaires plus définis ! Il ne faut pas se désoler du temps passé, il nous reste encore de bien belles soirées !

La MGPV, comme de coutume, a démarré la saison par le 5 à 7 de la rentrée, cette année, le 5 septembre. C’est un rendez-vous toujours agréable et très couru par les bénévoles. Les nombreuses activités sont présentées par les responsables, un goûter délicieux et raffiné est servi et les retrouvailles entre bénévoles génèrent sourires, rires et partages. Plusieurs nouveaux visages se retrouvaient parmi le groupe et tous étaient charmés par la MGPV.

Nous retrouvons avec joie notre équipe du tonnerre, soit Francine, Jocelyne, Sophie et nous voilà donc repartis pour une
26e année.

* Étaient présents 53 bénévoles, 10 futurs bénévoles, 4 employées et 1 stagiaire.

— Claire Provost

Accès-Loisirs

Accès-Loisirs ? Qu’est-ce que ça mange en hiver ? ou comme dirait Yvon Deschamps : « Quossa donne ? » Hé bien ! C’est un programme qui offre à des familles ou à des individus, des activités de sport, de loisir ainsi que des activités culturelles. Les activités, normalement payantes, sont offertes à Accès-Loisirs par différentes organisations du quartier. La Maison des Grands-Parents gère les inscriptions en association avec l’équipe loisirs du secteur Villeray de l’arrondissement. Deux fois par année, nous recevons donc des familles pour qui ces activités sont hors de leurs modestes moyens. La Maison de la culture Claude-Léveillée est également présente afin d’offrir des billets de spectacle. Cet automne, une trentaine de familles sont venues nous rencontrer. La plupart sont reparties contentes des activités choisies. Il faut dire que nous n’avons pas tout. Si vous cherchez une activité de yoga à 18 h 30 le mercredi, tout près de chez-vous, il est hautement probable que vous soyez un peu déçu, car trop précis. Si toutefois, vous êtes ouvert à la découverte, de petits trésors se dénichent rapidement.

La MGPV est fière d’être porteuse de ce projet et remercie les partenaires de la Table en loisir de l’arrondissement pour leur confiance. La prochaine séance d’inscriptions aura lieu le mercredi
9 janvier 2019, de 15 h à 18 h.

— Francine Goyette

Un rendez-vous avec vous

Chaque vie est un roman et tous, nous avons dans un coin de notre mémoire une histoire qui mérite d’être partagée.

Il y a bien quelque part, dans votre mémoire, une journée bien spéciale, autre que la naissance d’un enfant ou un mariage. Vous avez sûrement déjà vécu une journée exceptionnelle, soit par une rencontre extraordinaire, ou peut-être était-ce une journée ordinaire qui s’est terminée de façon spectaculaire.

Un souvenir inédit, une aventure rocambolesque ou une situation cocasse, soyez l’écrivain du jour et partagez votre histoire dans notre bulletin.

Notre bulletin, trait d’union entre les membres, est là à attendre vos récits… Ne le décevez pas !

Faites parvenir vos textes manuscrits ou par courriel à Jocelyne.

Merci et… à vos crayons !

— Claire Provost

Cégep Saint-Laurent

Après une pause d’une année, Marie-Claude Joly, la professeure en gestion et intervention en loisir au cégep, renouvelait son invitation à retrouver ses élèves pour une table ronde à bavarder et échanger autour de quatre thèmes qu’avaient choisis les jeunes.

Ce matin d’un jeudi de septembre, nous étions quatre bénévoles de la Maison des Grands-Parents et une demi-douzaine d’aînés à partager nos expériences de vie avec la vingtaine de jeunes adultes. Huit heures, c’est bien tôt le matin, mais nous sommes si chaleureusement accueillis — avec café, thé, viennoiseries… et de grands sourires — et les trois heures passent si vite que c’en est un véritable bonheur. Souvent, les émotions affleurent et rendent tangibles ce qui, écrit, n’aurait pas la même force, le même impact pour ces jeunes au seuil d’une vie professionnelle.

Un grand merci à Mme Joly pour cette invitation qui nous apporte à nous, aînés, autant qu’elle le peut faire pour eux.

— Philippe Trolliet

Vente de manteaux et d'accessoires d'hiver

L’hiver arrive !!! On a eu chaud cet été, mais on va geler cet hiver ! La réalité de la vie nordique nous rattrape rapidement. Pour la troisième année, les bénévoles de la friperie se sont activées afin de soutenir des familles dans leur habillement. Hé oui ! S’habiller pour l’hiver ! Soi et les enfants ! C’est toute une sortie d’argent, un stress ! Et il n’y a pas que le pouvoir. Pour les nouveaux arrivants, il faut encore savoir ! Comment s’habiller ? Qu’est-ce que c’est que ça ? À quoi ça sert ? Pourquoi il y a deux parties dans une botte d’enfant ?

Ne passons pas sous silence le travail acharné, mais dans l’ombre, de plusieurs bénévoles. Ils ont travaillé fort pendant trois jours pour installer notre boutique éphémère et vérifier patiemment chacun des items. Le jour de la vente, les fripières accueillantes mais, comme on le dit, avec de la broue dans le toupet, étaient partout pour répondre aux questions. Toujours patientes, elles ont ainsi pu aider plus de cinquante personnes. Manteaux, patins, bottes, foulards, tubes, tuques, mitaines et gants partaient rapidement ! Dans le salon, transformé en magasin pour l’occasion, il y avait beaucoup de joie et de reconnaissance. À la friperie, une autre équipe de bénévoles œuvrait tout autant.

L’hiver arrive, doucement, et nous serons prêts, collectivement !

— Francine Goyette

Un survol, en images, de la période estivale






Le Sommet des générations

Les 26 et 27 novembre au Cœur des sciences de l’UQAM · Gratuit – organisé par l’Institut du nouveau monde.

Le Sommet des générations est l’événement de clôture de la conversation publique. Cette démarche, de deux ans, a donné naissance à un livre blanc sur la solidarité et l’équité intergénérationnelles. L’objectif du sommet est de débattre, amender et adopter celui-ci.

Tous peuvent y participer mais l’inscription est obligatoire.

http://inm.qc.ca/intergenerationnel/

Coin du souvenir

Le rocher blanc

Alors commencèrent les plus beaux jours de ma vie.
Marcel Pagnol., Le gloire de mon père

– Les enfants, dit ma mère un beau soir de juin de 1947, j’ai une grande nouvelle à vous annoncer : nous avons loué un petit chalet dans les Laurentides pour tout l’été ! Nous partirons dès la fin des classes, tous les sept, avec un ami de votre père qui a une grosse voiture ! Un camion nous rejoindra le lendemain avec nos draps, la vaisselle, les casseroles et les lits-pliants des jumeaux !
– Un chalet ?!
– Oui, un chalet rustique, sans électricité, sans eau courante, sans toilettes, situé au milieu de grands pins, près d’une rivière poissonneuse bordée de sable blanc !
– Y’a pas de toilettes ?
– Non, seulement une petite cabane à l’orée de la forêt tout près du chalet !
– Y’a tu des loups dans cette forêt ?
– Est-ce qu’il y a des ours ? demanderont mes enfants, 30 ans plus tard, au même âge et au même endroit.
– Mais, alors, il y a des lions ! dira mon petit-fils, 60 ans plus tard.
– Je ne pense pas qu’il y ait des loups, dit ma mère, et de toute façon votre père a son revolver !

On appellera notre chalet « le Rocher Blanc » en souvenir d’une plage* où je me baignais enfant, car il est construit sur une grosse roche que nous blanchirons à la chaux !

… À peine étions-nous installés que les « trois Grands », mon frère aîné, mon frère jumeau et moi, passions nos journées dans la rivière, sans surveillance, du matin au soir, sans retourner au chalet pour manger le midi ! Un jour, nous décidâmes de tenter de traverser la rivière à gué : mal nous en pris, en approchant de la rive opposée nous perdîmes pied et furent emportés par le fort courant comme des fétus de paille ! Nous réussîmes à nous sauver in extremis en agrippant des racines émergeant de l’abrupte berge sablonneuse ! Secoués, mais heureux d’être vivants, nous revînmes néanmoins à la maison à pied en passant par le village et le vieux pont couvert !

… Peu de temps après, monsieur le curé Demers vint faire sa visite paroissiale annuelle et nous apprit une terrible nouvelle.

– Deux enfants de votre âge, dit-il, des bessons comme vos deux, se sont noyés dans la rivière la semaine dernière en amont d’icitte ! On les a retrouvés au fond d’une fosse enlacés dans les bras l’un de l’autre ! On aurait dit qu’ils dormaient ! La rivière Rouge est imprévisible, il y a des trous, des fosses, des tourbillons, on peut perdre pied facilement et être emporté par le courant !
– Nous, on sait nager ! dit mon frère aîné du haut de ses 10 ans, oubliant un événement pourtant récent !
– Soyez prudents quand même, dit le curé, et maintenant je vais vous bénir et, après, tu iras annoncer mon arrivée au chalet voisin !

... Bien vite, les beaux jours l’emportèrent sur les mauvaises nouvelles et je vécus le plus bel été de ma jeune existence. J’étais, certes, loin de me douter que mes enfants puis mes petits-enfants connaîtraient au même endroit de semblables journées, grimpant aux mêmes arbres, se baignant dans la même rivière, réalisant les même exploits, explorant hardiment la même forêt malgré les loups, les ours et les lions !

—— Yves Bernard

* Il s’agit de la plage de l’hôtel « Le Rocher Blanc », située près de Rimouski, en 1914

Post-scriptum : mon petit-fils et deux de ses copains, des frères jumeaux, à l’âge de 15 ans, cette année, tentèrent de traverser la rivière à gué et manquèrent de se noyer ! Ils furent secourus par les gardiens de la plage municipale qui n’existait pas dans ma jeunesse... Cette histoire leur est dédiée.

À la maison de Nana, mon amie, mes amours...

Un beau matin, je pousse la petite clôture grise et là, s’ouvre une porte dans l’univers de la garderie de Nana. J’y suis entrée il y a quelques années pour y accrocher mon cœur.

J’ai le privilège d’y faire la lecture de contes à des amours d’enfants d’âge tendre. Les tout-petits sont assis devant moi, fébriles de découvrir le trésor des livres de mon sac rouge. Je suis attendrie par tant de beaux visages, de candeur et que dire de ces yeux brillants d’espoir.

J’ouvre un premier livre ; à ce moment s’installe une magie où le temps devient précieux, si précieux… comme si notre différence d’âge se confondait en une joie commune, le temps d’une histoire.

Autre jour, je décroche cette bulle magique me rappelant ces moments, tout comme une brise de fraîcheur. Je repars, dans un élan d’énergie et d’amour à la recherche de livres de plus en plus intéressants.

Nadhera, cette douce éducatrice au cœur d’or, s’applique avec sérieux à l’éducation des enfants dans le respect, dans une atmosphère d’amour et de compréhension.

Avec le temps, je m’adapte à une certaine évolution dans ma manière de raconter une histoire et, tenant compte de leurs réalités, afin que tous vivent des moments magiques dans la splendeur qu’est la découverte d’un livre.

— Claire Béliveau,
liseuse, heure du conte

À noter à votre agenda
Brunch intergénérationnel

Le prochain brunch aura lieu le dimanche 28 octobre

11 h à 12 h :
Brunch
12 h à 13 h :
Animation Contes en peinture

Veuillez confirmer votre présence avant le jeudi 25 octobre.

Activité gratuite.

Bienvenue à toutes les générations !

Marché de Noël

Artisanat et gourmandises

La Maison tiendra son Marché de Noël le samedi 1er décembre de 10 h à 16 h.

Exceptionnellement, notre friperie sera également ouverte !

Bienvenue à tous !

 


Être membre de la MGP... pourquoi ?

… parce que l’ensemble des participants aux activités de la MGPV forme un groupe hétérogène. Il n’est pas obligatoire d’être membre pour faire du bénévolat à la Maison, mais si vous vous privez de le faire, vous ratez une belle occasion : celle de vous sentir une composante à part entière de cette Maison et de pouvoir dire Notre Maison !

Être membre d’un parti politique veut dire : « Je crois en vous », ensemble, nous ferons de grandes réalisations, nous avons un idéal commun. Avoir, par exemple, sa carte de membre au Musée des beaux-arts signifie que j’aime l’art et les expositions de notre musée, détenir sa carte permet d’avoir le privilège de se sentir ami de cette confrérie.

Être membre de la MGP (le nombre de membres est important puisqu’il est considéré lors de l’octroi de subventions) veut dire : « Je crois en cette Maison, je veux faire partie de cette famille que nous espérons toujours voir grandir .»

— Claire Provost