La Maison des Grands-Parents de Villeray

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mémoire collective

Le bulletin Mémoire collective est une publication trimestrielle qui a pour but d'informer et de divertir les membres et l'entourage de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Normalement publié en format papier et distribué gratuitement par la poste régulière, le bulletin est également disponible dans internet en version abrégée. Vous pouvez vous procurer la version papier du bulletin Mémoire collective, en communiquant avec nous par téléphone ou par courriel. Nous sommes également en constante recherche de textes à publier; alors si vous êtes intéressés, remplissez le formulaire « À vos plumes ».

Printemps 2014

Ces derniers mois, bien que la température souvent très froide donnait plutôt le goût de rester à la maison bien au chaud, cela n’a pas empêché nos bénévoles de se déplacer pour participer aux activités. Les bénévoles savaient qu’une fois à la MGPV, ils pourraient se réchauffer le cœur et l’esprit à travers leur implication.

À la lecture de ce bulletin, vous ne pourrez que constater la variété d’activités intergénérationnelles réalisées. Il y en a pour tous les goûts, mais surtout pour tous les âges.

Grâce à l’implication et l’engagement des bénévoles, mais aussi grâce à l’assiduité des participants, le rayonnement de nos activités engendre le développement de belles collaborations et l’arrivée de nouveaux bénévoles. Ceux-ci expriment avec beaucoup d’intérêt le désir de faire partie de notre formidable équipe.

Enfin, après un hiver particulièrement long et froid, l’arrivée du printemps sera d’autant plus appréciée. Je vous souhaite donc un beau printemps où vous pourrez à nouveau redécouvrir toute sa splendeur.

— Clémence Racine
Directrice générale



Invitation à nous proposer des textes

Vous pouvez nous soumettre vos textes qui rejoignent notre mission : l'intergénérationnel et ce qui en découle. Le comité du bulletin, composé de trois bénévoles aînés, de la secrétaire et de la directrice générale, vous informera si votre texte est retenu. Nous attendons donc vos écrits.

La date de tombée pour nous soumettre vos textes est le 9 mai 2014.

 

Conseil d'administration et comité des responsables

Le travail du C. A.

Bonjour à toutes et à tous,

Les membres du conseil d'administration travaillent très fort en ce moment. À chacune de nos rencontres mensuelles, avec la collaboration de notre directrice générale, nous nous penchons sur les affaires courantes et tellement importantes pour le bon fonctionnement de la MGPV.

Nous avons aussi mis en route quelques projets très stimulants. D'abord, nous avons formé un comité qui travaille à l’élaboration d’une politique des conditions de travail des employées. On veille à offrir de bonnes conditions à nos si précieuses alliées de tous les jours, sans qui la MGPV ne serait pas l'organisme fantastique qu'il est devenu.

Nous amorçons également une réflexion sur la reconnaissance des bénévoles, le cœur de la MGPV. Comment vous démontrer toute la valeur que vous avez pour l'organisme ? Qui mieux que vous pour nous donner les meilleures idées ? Nous vous consulterons bientôt pour recueillir vos commentaires et suggestions.

Que la douceur du printemps réchauffe vos cœurs.

— Julie Lefebvre 
Membre du conseil d'administration

Un comité très dynamique...

Avec toutes les activités qui s’ajoutent à celles déjà bien en place depuis plusieurs années, les membres du comité des responsables sont d’autant plus appelés à réfléchir et à apporter leurs idées, afin que tout nouveau projet soit un succès.

Par ailleurs, lors des réunions, souvent une situation à améliorer ouvre sur une discussion beaucoup plus large, où chacun et chacune apporte son point de vue, ce qui finalement engendre des solutions et des actions très intéressantes. C’est un vrai travail d’équipe qui se fait avec écoute, respect et complicité.

Lors de la dernière rencontre du comité des responsables, Marie, stagiaire en Techniques de travail social du cégep Marie-Victorin, y a participé. Nous lui avons demandé de nous écrire un petit mot sur sa perception de ce comité.

— Clémence Racine

J’ai été honorée de pouvoir participer, en tant que stagiaire en Techniques de travail social, au comité des responsables du 27 février dernier. J’ai eu la chance de rencontrer des bénévoles motivés et impliqués dans leur activité respective. J’ai senti une chimie inexplicable entre les bénévoles. J’ai été accueillie chaleureu-sement et à bras ouverts. J’avais l’impression que j’y avais toujours été présente. Bref, cette expérience m’a apporté beaucoup de bonheur et d’enrichissement personnel.

— Marie Dansereau

Devenir membre de la Maison des Grands-Parents de Villeray

Devenir membre est une façon de reconnaître l’importance de l’implication sociale des aînés à travers nos activités intergénérationnelles qui répondent à divers besoins dans la communauté.

Comme membre vous recevez le bulletin Mémoire collective, les invitations aux activités ainsi que le droit de vote à l’assemblée générale.

Si vous êtes intéressé à devenir membre, veuillez remplir la fiche d’inscription à l’endos de ce  bulletin. Le montant annuel d’adhésion est de 5 $. Merci de votre appui.

— Danielle Paquin, présidente
Au nom du conseil d’administration

Place aux nouvelles

L'apport de stagiaires

Cette année, pour une deuxième fois, nous avons accueilli une stagiaire dans le cadre d’un stage d’insertion socioprofessionnelle de Petites-Mains. Pendant deux semaines, Aziza, d’origine tunisienne, s’est impliquée dans diverses activités de la MGPV. Cette expérience lui a permis d’acquérir et de consolider ses connaissances dans un milieu de travail québécois ! Une belle collaboration communautaire.

C’est devenu une tradition d’accueillir des stagiaires du cégep Marie-Victorin. Cette année, nous n’avons qu’une seule stagiaire du programme Techniques de travail social ; habituellement les stages se font en duo.

C’est avec beaucoup d’intérêt que Marie Dansereau a débuté son stage le 30 janvier dernier. À raison d’une journée par semaine pendant 10 semaines, les jeudis Marie fait partie de l’équipe. Elle se familiarise avec l’action communautaire, et plus particulièrement avec l’intergéné-ration et l’implication bénévole en réponse à divers besoins de la communauté.

La participation de stagiaires apporte un regard nouveau sur notre mode de fonctionnement et nos actions. Leurs réflexions, leurs idées et leurs commentaires sont souvent très inspirants pour la continuité de la MGPV. Par ailleurs, celle-ci est un milieu très enrichissant pour de jeunes étudiants tant au niveau professionnel que personnel et social.

— Clémence Racine

De nouveaux bénévoles

Continuellement, l’équipe des bénévoles s’enrichit de nouvelles personnes. Dans un premier temps, je les rencontre afin de leur présenter la mission, les activités et le fonctionnement de la MGPV. Par la suite, je les invite à présenter leurs motivations, leurs intérêts et leurs expériences en général. Ceci me permet de leur proposer des activités d’implication dans lesquelles ils trouveront du plaisir et de la satisfaction.

Depuis octobre 2013, nous avons accueilli 21 nouveaux bénévoles, majoritairement des aînés, mais aussi des plus jeunes. Grâce à l’accueil chaleureux de toutes et tous, ces nouvelles personnes se sentent rapidement faire partie de l’équipe et apportent à leur tour amour et soutien à toutes les personnes qui fréquentent l’organisme.

Un grand merci à toute l’équipe de bénévoles.

— Clémence Racine

De jeunes scouts campent à La Maison des Grands-Parents

Le vendredi 7 février dernier, la Maison accueillait six garçons et trois filles, entre sept et neuf ans, la meute des castors de Sainte-Cécile, pour une nuit et, le lendemain, pour leur promesse solennelle de castor, les plus jeunes du mouvement scout. Pour plusieurs, c’était le premier dodo en dehors de la famille. Joanne Pinsonneault, chef de groupe, les accompagnait, ainsi qu’une autre animatrice. Ils étaient terriblement excités ! Quelle aventure ! Les sacs, les boîtes, les vêtements d’hiver, tout un barda dans le salon ! Nous leur avons fait visiter la maison, puis ils descendirent au sous-sol y préparer leur campement.

Je revins le lendemain matin, à neuf heures, pour la promesse. Ils avaient aménagé la salle et y accueillaient leurs parents.

Ils étaient beaucoup plus tranquilles ! Ils avaient travaillé à leur cahier et profité des livres de la bibliothèque ; la nuit leur avait été bonne. La cérémonie ? L’un après l’autre, ils allaient chercher un témoin, ils prêtaient serment et recevaient un premier badge, puis ils traversaient une rivière, une grande serviette de bain parsemée de cailloux, et recevaient deux autres badges, enfin, dernière épreuve, ils passaient par la hutte des castors en rampant et recevaient les deux derniers qui seront cousus sur leur chemisette. Ce fut ensuite le grand rangement, et le départ. Oh ! que de sourires, ce matin-là !

— Philippe Trolliet

La visite d'élèves du collège Regina Assumpta

Un groupe d’élèves de la 2e secondaire ont inscrit dans leur agenda à la date du mardi 11 février, de 13 h à 14 h : visite et présentation de La Maison des Grands-Parents de Villeray. Cette visite s’inscrit dans le cadre d’un projet mené dans le cours d’éthique et culture religieuse, et qui a pour objectif de sensibiliser les jeunes à l’engagement communautaire. Le lundi 10, Philippe, Véronique et moi avons regardé la liste de questions portant sur notre organisme que le collège nous a remise. Nous sommes fin prêts à les recevoir ! Le mardi 11 est là ! À 11 h 30, la porte s’ouvre et là des jeunes en uniforme scolaire, avec des visages à la fois curieux et contents, rentrent pour la première fois à la MGPV. Véronique leur fait faire le tour de la maison en leur présentant les salles et les activités qui y ont lieu. Nous voilà tous réunis en cercle et nous commençons notre présentation. Les jeunes sont très silencieux. Certains filment, d’autres enregistrent avec leur cellulaire. Le tout a duré une heure, les jeunes sont repartis avec toute l’information nécessaire. Deux jeunes filles nous ont fait part de leur intérêt à faire du bénévolat. Les jeunes ont quitté, avec en plus dans leur tête, on l’espère, un bon souvenir de cette visite !

— Juliette Bellenger

Une histoire de cœur à La Maison des Grands-Parents

Qu’est-ce qui me tient à cœur ? Vers qui ou vers quoi va mon cœur ?

Ton amoureux, tes fleurs, le désir d’être en santé, tes adorables chats, ta vie spirituelle, tes enfants, tes amis, tes liens d’affection, la maison des grands-parents ???

C’est la question que nous nous sommes posée le dimanche 16 février dernier à l’occasion de notre brunch.

Dans un climat d’ouverture et d’affection, nous avons eu la chance d’échanger sur ce qui nous tient à cœur.

Nous nous sommes sentis unis autour d’un bon brunch et d’une belle conversation qui nous ont réchauffés le cœur.

Une expérience à refaire...

— Danielle Paquin

Rencontres de ressourcement pour les bénévoles

Toujours avec le souci de favoriser le partage de connaissances et d’expériences, la MGPV offre aux bénévoles diverses occasions de s’enrichir d’idées et de façons de faire pour rendre leur implication encore plus agréable et satisfaisante. Certaines rencontres sont offertes à l’ensemble des bénévoles tandis que d’autres ciblent certaines activités.

♦ Jumelage aîné/ado Centre jeunesse :
Lors d’une rencontre mensuelle des bénévoles impliqués et des intervenants responsables de l’activité, le thème L’anxiété chez les jeunes a été abordé afin de mieux comprendre les comportements de certains jeunes.

♦ Heure du conte :
Depuis quelques mois, l’Heure du conte s’est considérablement développée. Nous avons donc de nouveaux bénévoles pour cette activité. Une rencontre aura lieu à la fin mars pour permettre à ceux-ci  et aux autres impliqués de partager leurs expériences et de s’enrichir les uns des autres.

♦ Aide aux devoirs :
Les bénévoles auprès des enfants sont parfois confrontés à diverses problématiques chez ceux-ci telles que l’hyperactivité. Afin de bien les accompagner dans leur implication, une rencontre avec une intervenante du CSSS aura lieu le 2 avril prochain.

♦ Pour l’ensemble des bénévoles :
La MGPV n’est pas à l’abri de comportements et/ou de propos racistes. Comment pouvons-nous réagir et intervenir face à de telles situations ? Une rencontre sur ce thème aura lieu à la fin avril. Les bénévoles pourront s’informer, se sensibiliser, discuter et proposer des idées pour prévenir et briser les préjugés racistes.

— Clémence Racine

Les maisons des grands-parents : un modèle québécois

Après un rigoureux travail d’équipe qui regroupait les représentants des maisons des grands-parents et deux chercheures de l’Institut sur le vieillissement et la participation sociale des aînés (IVPSA), mandatées par le Secrétariat aux aînés, le modèle des maisons des grands-parents a été complété en décembre dernier. Il est disponible sur internet en tapant Les maisons des grands-parents : un modèle québécois. Nous en sommes très satisfaits, ce modèle est fidèle à ce que sont les maisons des grands-parents dans diverses villes du Québec (Sherbrooke, Trois-Rivières, Joliette, Sainte-Foy, Laval et le quartier Villeray à Montréal). Ce modèle pourra inspirer d’autres projets de création pour ce type d’organisme tout en laissant place aux particularités et besoins de chaque milieu. C’est un pas de plus pour la reconnaissance des maisons des grands-parents. Toujours dans le cadre de notre financement avec le Secrétariat aux aînés, nous poursuivons notre travail avec les chercheures de l’IVPSA pour une deuxième étape qui portera sur trois thèmes : l’évolution du bénévolat chez les aînés, les maisons des grands-parents en milieux ruraux et le processus pour la création d’une maison des grands-parents. Une rencontre a déjà eu lieu. En février dernier, nous avons été conviés à une rencontre organisée par la MGPS, à Sherbrooke même, pour souligner son 15e anniversaire ainsi que son acquisition d’une nouvelle bâtisse.

Ces rencontres sont aussi l’occasion de partager notre expertise et nos expériences, s’entraider et réfléchir ensemble sur l’avenir de ces maisons.

— Clémence Racine

Projet école Georges-Vanier

Anna, que certains bénévoles connaissent déjà, a animé, il y a quelques années, une activité d’art à La Maison des Grands-Parents de Villeray. Cette année, comme stagiaire en enseignement en art à l’école secondaire Georges-Vanier, Anna nous propose un projet intergénérationnel. Ce projet va s’étaler sur cinq rencontres et consiste à réaliser un fanzine, grâce à différentes techniques de dessin, l’imagination de jeunes de 5e secondaire mêlée à celle de six aînés, et des recettes familiales. Un fanzine est une publication imprimée, créée et réalisée par des amateurs passionnés. À la fin, chaque artiste aura un exemplaire de l’œuvre dans lequel on trouvera une recette avec son histoire et un dessin pour la représenter. Il y en aura un de disponible à consulter sur place à La Maison des Grands-Parents pour les personnes intéressées et gourmandes !

— Juliette Bellenger

Place aux jeunes générations

Les mamans apprécient les cafés-rencontres !

Je suis une nouvelle adepte des cafés-rencontres entre mamans, qui ont lieu un lundi sur deux, à La Maison des Grands-Parents de Villeray, et je pense que le plaisir est partagé par toutes les mamans qui se retrouvent autour de la table pour un café bien chaud ! Je n’ai que de bons mots pour cette activité et, si Gloria, ma fille de sept mois, pouvait parler, elle en dirait certainement tout autant !

Dès que nous passons la porte avec nos bébés tout emmitouflés pour l’hiver, nous sommes accueillies avec le sourire par les habitués de La Maison des Grands-Parents, qui ne tarissent pas d’éloges sur nos petits bouts – quoi de mieux pour faire sourire une mère ! Une fois à l’étage, nous laissons nos enfants aux bénévoles aînées, avant de passer à la cuisine, où nous retrouvons avec joie les autres mamans, des bénévoles ainsi que Johanne Rigali, elle-même mère de cinq enfants, qui anime avec grande humanité les discussions. Le concept répond vraiment aux besoins des mamans, puisque nous sommes celles qui décident des sujets de discussion pour les prochaines rencontres. Que nous abordions le sommeil, les voyages avec bébé ou encore l’apprentissage des genres chez nos enfants, nous échangeons nos expériences, nos craintes mais aussi nos bons coups.

En fait, nous en redemandons : en plus des thèmes dont nous discutons, nous aimerions avoir du temps en début de rencontre pour échanger de façon informelle. L’ambiance  conviviale est propice à poser toutes les questions sans être jugées et je peux dire que j’ai retenu plus d’une astuce suggérée par les mamans plus expérimentées !

Mais ce qui me plaît encore plus dans les cafés-rencontres et ce qui les distingue complètement des autres causeries entre mamans, c’est de savoir Gloria entre de si bonnes mains ! Je sens toute l’affection et l’amour des grands-mamans qui prennent soin des enfants dès le moment où je  laisse ma fille dans des bras accueillants. Je sais qu’elle s’amusera avec les autres enfants et que si elle a faim ou qu’elle semble insatisfaite, on traversera l’étage pour qu’elle se retrouve rapidement dans mes bras – mais pour être honnête, cela n’arrive pas très souvent ! À la fin de la rencontre, je suis toujours contente qu’on me raconte avec le sourire combien il a été agréable de jouer avec Gloria pendant deux heures ! Je suis en parfaite confiance, ce qui me permet de  profiter pleinement du petit répit qu’on m’offre. Nous repartons toutes les deux de La Maison des Grands-Parents avec le sourire ! Merci beaucoup à toutes les bénévoles attentionnées pour cette activité remarquable !

— Julie Aubin, une maman reconnaissante

Atelier de slam à Motivation-Jeunesse 16/18

En janvier dernier, la classe d’Éric de Motivation-Jeunesse accueillait, pour cinq périodes de français, le slameur Fabrice Koffy. Ivoirien d’origine, arrivé au Québec pour y faire son université, il a découvert le slam et sait le faire partager. Le voir — l’entendre surtout — arriver en classe, parler de la poésie, des anciens, de ceux qui étaient la mémoire de leur peuple, d’oralité, ses mots s’écoulent tel un grand fleuve chantant !

J’eus la chance de pouvoir participer, assis à un pupitre en classe, écouter et écrire, ce qui, pour chacun, se terminait par un poème que nous allions lire devant tous les autres. Ayant entendu Fabrice aller de l’un à l’autre et commenter ce qu’il lisait, je demandai — et obtins — l’autorisation de demander si certains voudraient bien offrir leur poème pour le bulletin. Je n’avais pas encore terminé que déjà un premier était posé devant moi et, très vite, d’autres suivirent. Les voici. La plupart de ces adolescents viennent d’ailleurs à la Maison, les mercredis, pour quelque activité avec les aînés.

— Philippe trolliet

L'amitié
Ce n’est qu’avec une seule larme
Que tu as réveillé mon âme.
Nous pouvons marcher main dans la main
Sans que je puisse me soucier du lendemain.

Je veux être entière pour l’être aimé
Et ce pour l’éternité.
J’ai tant d’amour à donner
Tant de rêves à partager.

Aimer pour vivre
Est ma seule raison de vivre.
J’aimerais avoir juste un moment
Où j’irais crier à tous les vents
L’amour que je ressens.

J’apprivoise seulement avec les yeux de  l’amour
Le respect et la douceur
De tous vos cœurs
Car le mien se meurt avec tant de bonheur.

Pour me faire rêver
J’ai décidé d’apporter l’amitié, la liberté
Et ma sensibilité pour vibrer.
Tout ça pour que tu puisses m’aimer.

J’ai rejeté le mal
Pour me faire une nouvelle vie normale.
Pour qu’il n’y ait plus personne
Qui ne m’abandonne.

Je t’offre ma vie
qui bouleverse mes nuits.
Si tu veux l’accepter
À toi de la prendre et de l’aimer
Pour aujourd’hui, comme pour l’éternité.

Que cet amour soit une douceur
Comme la tendresse des fleurs.
Comme le respect et la douceur
D’un éternel bonheur.

Quand la douceur se fait tendre
On se sent comme aimée.
Mon cœur est en train de se fendre
Car une énorme dose d’amour est venue
s’y installer.

Dans les vagues de chaleur
Illuminées de couleurs
Ont fait vibrer tant de cœurs
Et m’ont fait sentir un frisson au cœur.

— Marie-Kim Larose

La vie
Notre vie est dans nos mains
C’est à nous de choisir le bon chemin
Il y a des hauts et des bas
Ça sera toujours le cas.

Avant, j’étais un homme heureux
Maintenant, je suis très malheureux
Ma vie a beaucoup changé
Jusqu’au point auquel je n’ai jamais pensé.

J’ai quitté ma maison
Qui m’a paru comme une prison.
Je cherche ma liberté
Au milieu de cette société.

J’ai beaucoup envie
De construire mon propre nid.
L’argent est le seul moyen
Pour l’instant je n’en ai rien.

Les gens me traitent comme si j’étais un chien
Au début, je ne me sentais pas très bien.
Maintenant, je ne sens rien
Car cela est devenu mon quotidien.

Je me demande pourquoi tous ces changements
Je ne trouve pas de réponse en ce moment
Je veux devenir un homme inoubliable
J’attends pour un moment incomparable.

— Vijedaran Selvarasa

Avoir des amies dans la vie...
Avoir des amies dans la vie, c’est essentiel, c’est se sentir apprécié, c’est se sentir important pour quelqu’un, c’est se sentir en vie. J’ai remarqué que certaines personnes sont craintives, sont, disons, naïves envers ceux qu’elles appellent « ami » dans la vie. Il faut se méfier, surveiller tes arrières ou tu pourrais te faire piéger, tirer dans la tête par ceux que tu ne craignais, jouer dans ta tête, avec ta tête. Je l’avoue, j’ai déjà cru en des amitiés sincères que je croyais, disons, extraordinaires, mais ce ne fut pas comme je m’y attendais. Cela m’a prise par surprise, par le cœur ; toutes sortes d’émotions me venaient, je me suis dit : Voyons, qu’est-ce que j’ai donc fait ? Mais à bien y penser, les jaloux feront toujours les mêmes gestes, les mêmes faits, nous les reconnaissons tous, ils ne sont pas vrais. Comme je l’ai déjà dit, avoir des amies dans la vie, c’est essentiel, c’est se sentir apprécié, c’est se sentir important pour quelqu’un, c’est se sentir en vie.

— Tanya Constantineau

Un voyage peu commun ?
C’était la veille de Noël
On passait un temps merveilleux
Un moment traditionnel
Je voulais juste rester avec eux.

Le lendemain matin, un froid glacial
Il fallait se rendre au terminal
Je me sentais un peu banal
Pour moi, le froid c’était la finale.

Maintenant, en route vers le chaud.
Se bronzer un peu la peau
Avoir un peu de plaisir
Et beaucoup, beaucoup de rires.

 

Sentir que le temps ne passe pas
Tellement qu’on s’amuse.
Sentir que le temps ne passe pas
Mais il ne faut qu’on en abuse.

Deux ou trois semaines et puis… le retour.
Il faut dire que ça ne dure pas pour toujours.
Et puis, il y a un détour
Rester à l’aéroport pour un autre jour.

Rester dans un avion semble éternel
Surtout quand on reste huit heures.
Huit heures de malheur
Voir même d’horreur.

— Daniel Rosas T.

Danser pour exister
En fait, avant j’étais ténèbres et grâce à la danse, maintenant je suis dans la lumière. En vérité la danse m’a sauvé et voici mon histoire que je veux vous raconter.

Depuis que je suis né, je pensais que je n’étais pas un garçon très déterminé à rêver, mais j’ai réussi et je me sentais surpris. Dans mon rêve, je voyais des gens autour de moi qui m’admiraient et pensaient que c’était un grand exploit. Au fond de moi, je sentais une sensation dans tout mon corps, que je faisais aux gens d’avoir des frissons. Aussi, je me mettais la tête à l’envers et à cause de ça, les personnes me trouvaient super.

Après mon réveil, j’allais dehors pour refaire la sensation que j’ai eue dans mon rêve. Je me sentais libéré et déterminé, car c’était la seule chose ; en Art, je me suis passionné. Dans ma tête, je me gardais un seul thème, la danse ; mes amis et moi on a eu cette sensation, alors on a trouvé une solution, on a décidé de créer une troupe de danse pour montrer notre passion tous ensemble.

Grâce à notre expérience, nous voulons montrer dans le monde l’ABCD (Any Body Can Dance) parce qu’on veut prouver que tout le monde peut danser. Pour nous, la danse nous aide à faire des messages, à rester ensemble entre amis, et aussi ça nous montre qu’on est brave et qu’on existe.

— Samuel Jules

Vous avez décidé...
Vous avez décidé d’être mort pour vivre
Vous aviez décidé d’être ivre
Moi, j’avais décidé de survivre
J’suis pas capable de vous laisser partir.

Vous connaissiez déjà la loi
Mais vous aviez décidé de vous prendre
pour des rois
Vous avez quitté la page
Depuis cette soirée, celle du concours de
calage.

Manque de jugement
Ou manque de conscient
L’aviez-vous vraiment voulu ?
Mais trop tard, la question ne se pose plus.

Regardez le camion de remorquage
Pourquoi avez-vous pris le large
Mes amis qui ont basculé dans ce lac
Le nombre de verres… est-ce que c’était
un pacte ?

Vous avez décidé d’être mort pour vivre
Vous aviez décidé d’être ivre
Moi, j’avais décidé de survivre
J’suis pas capable de vous laisser partir.

Tous ceux qui n’ont pas tourné la page
Je sais que c’est à cause de la rage
Car ce qu’on appelle de simples verres
Peut nous faire perdre nos êtres chers.

C’est aussi un peu par choix
Mais je me demande encore pourquoi
Pourtant vous la connaissiez la loi
Mais je ne comprends pas.

On peut quand même avoir du plaisir
Ça n’aurait pas pu être pire
On pense toujours à vous
J’en pleure encore la nuit, je vous l’avoue.

Je vous aime
Malgré la peine
Pour les prochains qui veulent faire ce choix
Pensez-y deux fois.

À tout ce que vous pouvez perdre
Ou faire perdre
Voyez la vérité
Seulement par sécurité.

Vous avez décidé d’être mort pour vivre
Vous aviez décidé d’être ivre
Moi, j’avais décidé de survivre
J’suis pas capable de vous laisser partir.

— Emanuelle Tremblay

 

 

 

Ci-contre, ces trois jeunes « écrivaines » font partie de l’activité ados/aînés Motivation-Jeunesse

Place aux bénévoles

Une sortie culturelle

Grâce à l’initiative d’étudiants du cégep Saint-Laurent du programme Technique d’intervention en loisirs à l’occasion de leur examen de fin de cours, les gens de La Maison des Grands-Parents de Villeray ainsi que ceux du Domaine Desforges furent invités à profiter d’une visite guidée. Nous n’avions qu’à attendre à nos centres respectifs l’autobus qui venait nous chercher.

Donc le vendredi 20 décembre à 9 h, départ pour la ville, et ce, malgré la mauvaise température.

Notre premier arrêt, Chapelle Bonsecours, la plus ancienne de Montréal (1771) avec son site archéologique. Le musée raconte l’histoire d’une femme exceptionnelle, Marguerite Bourgeois. Puis nous reprenons l’autobus vers 10 h 45 en direction de l’Écomusée du fier monde, l’ancien bain public Généreux, qui date des années 20. Nous y trouvons une exposition permanente qui raconte l’histoire de la révolution industrielle. Par les photos, nous sommes témoins de l’impact de l’industrie sur le travail et la vie familiale des ouvriers de Montréal. Un milieu qui est en constante transformation. Nous faisons connaissance de résidents du quartier.

Nous sommes déjà à l’heure du dîner, nous avons avec nous un lunch ; les employés du musée ont mis à notre disposition quelques tables dans le fond de l’ancienne piscine.

Notre troisième déplacement se fait vers 12 h 45, direction musée Pointe-à-Callière pour l’Expo des Beatles. Wow ! que de souvenirs. Voilà, une heure à revivre en musique et courts métrages tous leurs exploits et succès. Pour les plus braves, il y a aussi un karaoké.

Maintenant c’est dire que l’on « Met la cerise sur le Sunday » car ici, dans ce musée, la vraie Rolls de John Lennon qui servait lors des déplacements des Beatles. Celle-ci est prêtée par nos cousins de la Colombie-Britannique pour quelques mois.

Il faut maintenant quitter ce lieu et nous prenons la direction du Centre Bell. Encore une fois, nous plongeons dans le passé, et cette fois-ci, c’est celui des Canadiens de Montréal avec leurs trophées, leurs bagues et leurs exploits.

En conclusion, nous avons eu une superbe journée bien remplie, bien documentée, grâce à nos amis les étudiants du cégep Saint-Laurent.

Merci à vous et bonne chance dans vos cours.

— Colette Gosselin

À noter à votre agenda
Brunch intergénérationnel
Le prochain brunch aura lieu le dimanche 6 avril dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole sous le thème « Bénévole de la tête aux pieds ».
11 h à 12 h : Brunch
12 h à 13 h : Animation et prestation du Chœur intergénérationnel de la MGVP.

Veuillez confirmer votre présence avant le jeudi 3 avril.
Bienvenue à tous !
Un temps pour l’art
Journées culturelles pour les 50 ans et plus
Spectacles à l’Auditorium Le Prevost, Maison de la culture, 7355, Christophe-Colomb

Les amoureux célèbres, atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, opéra.
Jeudi 10 avril – 13 h 30
De Corneille à Feydeau en passant par Molière, La Comédie Humaine, théâtre.
Jeudi 24 avril – 13 h 30

Pour les activités dans les bibliothèques de l’arrondissement, voir le dépliant « Un temps pour l’art » disponible à La Maison des Grands-Parents de Villeray.