La Maison des Grands-Parents de Villeray

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mémoire collective

Le bulletin Mémoire collective est une publication trimestrielle qui a pour but d'informer et de divertir les membres et l'entourage de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Normalement publié en format papier et distribué gratuitement par la poste régulière, le bulletin est également disponible dans internet en version abrégée. Vous pouvez vous procurer la version papier du bulletin Mémoire collective, en communiquant avec nous par téléphone ou par courriel. Nous sommes également en constante recherche de textes à publier; alors si vous êtes intéressés, remplissez le formulaire « À vos plumes ».

ÉTÉ 2015

En cette période de fin d’activités, donc de bilans pour la majorité de nos programmes, c’est l’occasion non seulement d’évaluer les résultats de nos actions, mais aussi de reconnaître l’excellent travail accompli par une équipe de bénévoles qui ont à cœur leur implication. C’est important pour La Maison des Grands-Parents de Villeray de prendre le temps de se dire comment l’engagement des bénévoles permet de répondre à d’importants besoins, de se féliciter, de fêter nos succès, les petits comme les grands.

Par ailleurs, en lisant ce bulletin, vous pourrez constater que les derniers mois ont été particulièrement bien remplis. Outre nos activités régulières, nous avons collaboré à divers projets toujours dans le but de contribuer au rapprochement intergénérationnel. Nous avons également partagé notre expertise afin d’inspirer des organisations ou des personnes intéressées à développer des projets intergénérationnels dans leur milieu.

Enfin, j’aimerais vous souhaiter un très bel été rempli de beaux moments de détente et de rencontres conviviales.

— Clémence Racine
Directrice générale



Invitation à nous proposer des textes

Vous pouvez nous soumettre vos textes qui rejoignent notre mission : l'intergénérationnel et ce qui en découle. Le comité du bulletin, composé de trois bénévoles aînés, de la secrétaire et de la directrice générale, vous informera si votre texte est retenu. Nous attendons donc vos écrits.

La date de tombée pour nous soumettre vos textes est le 7 août 2015.

Conseil d'administration et comité des responsables

Un petit mot du conseil...

Près d’une trentaine de personnes a participé à l’assemblée générale annuelle de la MGPV, qui a eu lieu le 11 juin dernier. Notre présidente, Monique Jefford, a présenté le rapport du conseil d’administration, puis Juliette Bellenger, coordonnatrice des activités, et moi-même avons présenté le rapport des activités. Après une petite pause très conviviale, un diaporama de photos d’activités a été présenté. Sur ces photos, les regards et les sourires des jeunes comme des moins jeunes exprimaient très bien l’impact du rapprochement intergénérationnel.

Ce fut aussi l’élection des membres du conseil d’administration 2015-2016. Cette année, Danielle Paquin et Philippe Trolliet, aux postes aînés, qui finissaient leur mandat, ont à nouveau déposé leur candidature ainsi que Julie Lefebvre, au poste non aîné. Nancy Bento, au poste non aîné, terminait aussi son mandat. Nous remercions chaleureusement Nancy pour sa participation au C. A. pendant l’année 2014-2015.

Nous avons aussi reçu une nouvelle candidature, celle de Suzy Roda, jeune maman du quartier Villeray et participante au café-rencontre. Quatre candidatures reçues pour quatre postes à élire, les candidats ont donc été élus par acclamation. C’est avec grand plaisir que nous accueillons Suzy comme nouvelle membre au C. A.

Conseil d’administration 2015-2016
Carl Beauregard Danielle Paquin
Monique W. Jefford Suzy Roda
Christianne Lefebvre  
Audrey St-Laurent
Julie Lefebvre Philippe Trolliet
Ginette Morrier

Les fonctions du conseil d’administration (président, vice-président, secrétaire et trésorier) seront élues par les membres du C. A. lors de la prochaine réunion, soit en septembre prochain.

— Clémence Racine

... et des responsables

Le comité des responsables s’est enrichi d’une nouvelle bénévole, Louise Bertrand, qui assumera avec Gervaise Gingras la coresponsabilité de l’activité artisanat. Louise est bénévole à la MGPV depuis octobre 2014 et s’est rapidement et bien intégrée à l’équipe pour accompagner Gervaise au grand plaisir de celle-ci. Elle pourra apporter une nouvelle touche à l’artisanat soit la confection de courtepointes. Nous lui souhaitons la bienvenue. Pour la dernière rencontre mensuelle du comité, avant les vacances d’été, les responsables étaient invités à partager un brunch afin de souligner le beau travail accompli tout au long de l’année 2014-2015. Un moment de plaisir bien mérité.

Cette rencontre fut aussi l’occasion de partager les résultats des évaluations et des bilans de certaines activités. Un moment important et stimulant qui vient renforcer notre motivation à poursuivre notre implication auprès de l’ensemble des générations.

— Clémence Racine

Place aux nouvelles

Reportage à l'émission Entrée principale de Radio-Canada

À l’émission Entrée principale du 26 mars dernier, Vincent Bolduc, chroniqueur, avait choisi de présenter un reportage sur des initiatives intergénérationnelles dont le modèle des maisons des grands-parents. Pour compléter l’information qu’il avait trouvée sur internet, une recherchiste a communiqué avec moi pour recueillir mes propos. Je lui ai aussi envoyé des photos d’activités, celles-ci ont été présentées pendant le reportage sous forme de courtes capsules. Bien que ce petit reportage fut beaucoup trop court pour présenter tout ce que la MGPV apporte à la communauté, les photos traduisaient très bien l’essentiel de notre mission : le rapprochement intergénérationnel. Il a aussi nommé les autres maisons des grands-parents au Québec en présentant quelques photos. Les autres initiatives présentées étaient aussi très intéressantes. J’ai particulièrement aimé le programme Un vélo, une ville, créé par un jeune il y a une dizaine d’années. Ce projet permet à des jeunes de recevoir une bourse d’études comme rémunération pour leur travail qui consiste à offrir un service de balade en triporteur (vélo) à des aînés pendant la période estivale.

Ce programme intergénérationnel est porté et organisé par plusieurs villes à travers tout le Québec. Pour plus d’information, vous pouvez taper sur internet Un vélo, une ville. Une belle façon de joindre l’utile à l’agréable et d’aider des jeunes à retourner aux études.

— Clémence Racine

Dîner-buffet des bénévoles

La Maison des Grands-Parents de Villeray a reçu, tradition oblige, ses bénévoles dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole. La réception concoctée par Clémence et Juliette fut des plus réussies, tables bien garnies et invités ravis qui s’entassaient dans la grande salle.

Des rires et de la bonne humeur et, pour finir en beauté, les cannelés de Juliette, tellement appréciés, on a dû procéder à un tirage pour les derniers !

C’est vous dire le climat bon enfant ! La MGPV, dans cette tradition de dîner des bénévoles, apporte beaucoup de bonheur à ses participants et, pour tout, nous leur devons un gros merci et… à l’année prochaine !

— Claire Provost

Visite d'une équipe de la France

Le 16 avril dernier, notre présidente, Monique Jefford, et moi recevions quatre personnes de la France en visite à Montréal afin de s’inspirer pour leur projet de création d’une Maison du Bien Vieillir en milieu rural. L’objectif de ce projet est de favoriser le bien vieillir en combattant l’isolement des personnes âgées, grâce à un lieu de vie axé sur leur épanouissement personnel et leur rôle social dans leur communauté.

Nous leur avons parlé longuement de la MGPV, de sa structure, de l’organisation des activités intergénérationnelles bien sûr, mais surtout des valeurs qui y sont présentes et des façons d’être et de faire qui font que les aînés se sentent valorisés et respectés dans le rôle qu’ils désirent avoir dans leur milieu.

Ils sont repartis très satisfaits de leur rencontre et ils nous ont exprimé comment notre expertise pourrait les guider dans leur façon de développer leur projet, et surtout leur éviter des erreurs qui pourraient nuire à la mise en place de bases solides pour sa réalisation. Je leur ai également envoyé divers documents pour compléter l’information transmise.

Le modèle des maisons des grands-parents est de plus en plus connu et reconnu à l’extérieur du Québec.

— Clémence Racine

Emploi Jeunesse — Chasse au trésor dans le quartier

Un jeudi, avec les jeunes adultes d’Emploi Jeunesse, nous fûmes conviés à une chasse au trésor !, donc nous nous retrouvâmes dans leurs locaux de la rue Jarry. Ludovic, un des intervenants, nous les fit visiter, et ils s’avèrent beaucoup plus vastes que ce que l’on imagine en ne les voyant que de l’extérieur.

Puis, trois équipes furent formées, mêlant aînés et jeunes, et chacune reçut une enveloppe contenant un rébus dont la résolution nous amènerait à un premier but, un organisme du quartier, où l’on nous accueillerait, nous ferait la description des services qui y sont rendus, et où l’on recevrait un autre indice nous permettant de poursuivre notre chasse.

Cela nous fit beaucoup marcher ! Car il y avait l’Acef du Nord, coin Chateaubriand et Faillon — budget —, Petites mains, sur Saint-Laurent — intégration au marché du travail des femmes immigrantes — et, enfin, Pact de rue — qui, son nom le dit, œuvre dans la rue, surtout auprès des jeunes.

Le dernier indice nous amenait à la bibliothèque de La Maison des Grands-Parents de Villeray, où, dans un livre, nous trouverions le trésor, une invitation pour un spectacle d’impro. Et la matinée se termina dans la joie autour d’un de ces succulents repas que nous cuisinent des bénévoles de la Maison... que tous remercient ! Ce fut une très belle journée !

— Philippe Trolliet

Brunch intergénérationnel

Ce dimanche 24 mai, c’était le brunch du printemps à La Maison des Grands-Parents de Villeray. Et le salon très vite se remplit ! Oh ! malgré un ciel bien gris ! Beaucoup de nouveaux visages. Le café, les croissants, les pâtés, le fromage, les muffins, la salade de fruits avec beaucoup de fraises, toutes ces petites gâteries pour accompagner les discussions impromptues et, très vite, ce fut midi... et l’heure venue de la musique ! du chant ! car le chœur nous avait préparé tout un show ! Une quinzaine de chanteuses et chanteurs, et deux enfants, ainsi qu’Ariane, la chef de chœur. Quelques minutes pour faire les présentations... et place au chant ! Un répertoire très varié, chansons québécoises ou chansons françaises, et même un air de Willie Lamothe ! Des chansons très joyeuses, J’aime le chocolat, ou encore Les cornichons ! Et, pour terminer, une chanson en mandarin, que les choristes chantaient en hommage à ce charmant couple d’immigrants chinois qui, depuis deux ans, s’est joint au chœur. Et, pour clore, Mme Liang nous interpréta une pièce sur le zheng, un instrument chinois de la famille des cithares, et une musique qui nous emmena loin, très loin... Un magnifique concert, qui tous nous combla de joie, un grand bravo à tous les choristes, aux deux enfants, Marie et Dali — quelles jolies voix ! — et à Ariane, qui, avec tant de grâce, les amena à se surpasser ! Bravo !

—Philippe Trolliet

Jumelage aîné/ado Centre jeunesse de Montréal

Le vendredi 5 juin, les aînés impliqués auprès des adolescents, dans le cadre du jumelage, étaient au rendez-vous pour une rencontre bilan de cette activité. Nous avons abordé divers points dont le soutien apporté aux aînés et les liens de collaboration avec les intervenants du Centre jeunesse de Montréal. Ce fut très intéressant et enrichissant pour nous aider à améliorer le fonctionnement de cette activité, qui contribue grandement au développement et à l’épanouissement des jeunes jumelés.

Nous avons aussi, comme à chaque rencontre mensuelle, fait le suivi de chaque jumelage.

C’est toujours un moment très important pour les aînés qui désirent partager leurs questionnements, leurs difficultés mais aussi leurs bons coups, ainsi que les grands et petits bonheurs vécus avec « leur jeune ». La rencontre s’est terminée par un succulent dîner-buffet sur la terrasse pour souligner le début de la période estivale. Pendant l’été, les rencontres mensuelles font relâche, mais pas les rencontres de jumelage qui, elles, se poursuivent selon l’horaire des aînés et des jeunes. Pour certains jumelages, c’est même l’occasion de passer plus de temps ensemble, jeune et aîné, et faire de belles sorties estivales.

—Clémence Racine

Le chœur intergénérationnel de la MGPV

La 17e année de l’activité chœur intergénérationnel de La Maison des Grands-Parents de Villeray s’est terminée par une prestation du chœur qui a offert son répertoire 2014-2015, lors du brunch du 24 mai à la MGPV, sous la direction d’Ariane Duclos.

En plus de leur répertoire de chansons francophones, les choristes ont relevé le défi de présenter une chanson en mandarin intitulée Jasmins, accompagnée au zheng – instrument à cordes chinois – par une des choristes d’origine chinoise, Mme Wanying Liang.

C’était pour le chœur une façon de rendre hommage au couple, Wanying Liang et Zhangqin Chen, qui s’est joint au groupe en septembre 2013, à peine quelques mois après leur arrivée au Québec. Comme ils ne parlaient ni anglais, ni français, c’est leur fille Wen Chen qui, depuis ce temps, traduit pour eux toutes les partitions, tant au niveau du sens du texte que de la prononciation, ce qui leur permet de participer au chœur et de chanter en français avec nous.

Pour la chanson Jasmins, ce fut donc au tour des choristes de vivre cette expérience de chanter au son une pièce du répertoire chinois, grâce à la collaboration de Wen qui s’est également jointe au groupe pour interpréter la pièce.

Nous saluons l’ouverture et la persévérance de nos amis chinois qui n’ont pas hésité à poser un geste pour s’intégrer à leur milieu d’adoption et nous sommes ravis de chanter avec eux semaine après semaine.

Le chœur suspend ses activités pour l’été et il reviendra en force le jeudi, 24 septembre, à 15 h pour une nouvelle année en chansons. Vous pouvez communiquer avec la MGPV dès la semaine suivant la Fête du travail pour vous inscrire à cette activité.

Nous souhaitons la bienvenue à tous les anciens choristes de même qu’à toutes les nouvelles personnes, jeunes de huit ans et plus ou moins jeunes, connaisseurs ou débutants à se joindre à nous à l’automne. Cette activité gratuite est ouverte à tous et à toutes.

Bon été et au plaisir de vous revoir en septembre avec quelques nouveautés !

—Marité Perron

Notre chef de chant, Ariane Duclos, qui a dirigé le chœur intergénérationnel pour 2014-2015, a décidé de ne pas renouveler son contrat pour septembre prochain. Nous la remercions chaleureusement pour son travail qui comportait certains défis qu’elle a relevés avec doigté.

Nous accueillons donc un nouveau chef de chant, Gérard Parent, qui dirige depuis plusieurs années diverses chorales. Nous lui souhaitons la bienvenue !

—Clémence Racine

L'aide aux devoirs

Le 23 avril dernier, Johanne Rigali animait pour les bénévoles un atelier portant sur l’accompagnement aux devoirs. Ce fut une belle rencontre riche en échanges. Tous sont repartis motivés et outillés pour répondre le mieux possible aux besoins de chaque jeune. Cette année, cinq enfants ont participé au concours de dessin organisé par le comité du Goût de vivre. Chacun a réalisé un dessin coloré sur le thème « Goût de vivre illimité ». Tous ont gagné. Félicitations à Alix, Danny, Éva, Francis et  Mariame. Lors d’un 5 à 7 au Centre Lajeunesse, ils ont reçu en prix un t-shirt sur lequel leur œuvre était imprimée. Éva a également gagné le prix du jury.

L’aide aux devoirs se termine déjà ! L’été est là ! Ce fut une fin d’année bien occupée, les jeunes ont répondu présent à chaque fois, jusqu’à la fin. Leur énergie de juin était un peu moins aux devoirs, mais la joie de retrouver leurs amis autour d’une bonne collation maison, puis leur bénévole, était bien là ! C’est les 8 et 9 juin que l’aide aux devoirs s’est officiellement terminée.

Les plus jeunes, accompagnés de bénévoles, ont participé à un bingo où les cris et les rires des enfants se mêlaient à ceux des aînés. Les plus grands ont joué à un jeu de société qui se déroula au début timidement dans le calme, pour finir avec les mêmes cris de joie que les plus jeunes.

L’aventure de l’aide aux devoirs reprendra début septembre avec nouveaux et anciens, jeunes et bénévoles.

—Juliette Bellenger

Magasin-Partage de la Rentrée

Fidèle à ses collaborations, la MGPV participe pour une quatrième année à l’organisation du Magasin-Partage de la Rentrée. Ce projet de quartier, porté par la Table de concertation en sécurité alimentaire avec la collaboration du Comité famille 6-12 ans, permet à des familles à faible revenu de recevoir du matériel scolaire et des denrées alimentaires pour la rentrée scolaire. C’est grâce à un super beau travail collectif d’organismes du quartier ainsi qu’à l’implication de plusieurs personnes bénévoles que ce projet peut être réalisé.

C’est aussi grâce au Regroupement des Magasins-Partage de Montréal qui travaille à développer et à maintenir d’importants partenariats avec des entreprises et des donateurs qui, depuis nombre d’années, contribuent à la réussite des Magasins-Partage dans plusieurs quartiers de Montréal, par des dons en matériel scolaire, en denrées alimentaires et en argent.

Les inscriptions ont eu lieu les 8 et 10 juin au Patro Le Prevost. C’est près de 300 élèves de la 1re année primaire au 5e secondaire qui pourront recevoir, le 18 août prochain, des articles scolaires nécessaires à leur rentrée. Il est encore possible de s’inscrire au Patro Le Prevost, le 12 août entre 9 h et 12 h. Vous devez apporter une preuve de revenu et d’adresse ainsi que les cartes d’assurance maladie de tous les membres de la famille.

—Clémence Racine

Emploi Jeunesse — Gala « Tous connectés »

C’était un vendredi, à l’heure du midi, je passais devant les locaux d’Emploi Jeunesse et fus arrêté par deux des jeunes. « On voudrait vous filmer, me dirent-ils, que vous nous parliez du parc Jarry et de La Maison des Grands-Parents de Villeray. Accepteriez-vous ? » Sandra, une des jeunes, se joignit à eux. « C’est pour le concours ! Je veux gagner ! » J’appris ainsi qu’ils avaient rencontré Clémence, le matin même. Et donc j’acceptai. Ils me dirent qu’ils allaient peaufiner leur questionnaire et qu’ils viendraient un peu plus tard me retrouver à La Maison des Grands-Parents de Villeray.

Et c’est ainsi que tout un groupe de jeunes arriva dans la bibliothèque. Rayya à la réalisation, Sandra mena l’entrevue. Et l’on filmait avec des cellulaires ! L’un était posé sur la table, caché derrière une petite pile de mangas, pour enregistrer le son, un des gars, assis, filmait, plan fixe, un panier sur les genoux, pour ne pas qu’il y ait de « bougé ». Un troisième filmait aussi. Sandra avait une feuille avec nombre de questions.

À une demande de Rayya, je répondis que « cela faisait très Facebook ! ». Et j’ai parlé... oh ! de la Maison, du parc... des histoires, des anecdotes.

Et je les retrouvai le vendredi suivant, au parc, pour poursuivre ainsi que le mercredi, car, avec des cells, bonjour les problèmes !

Et cela fit un petit film de cinq minutes, qui fut présenté au Gala « Tous connectés », le 4 juin, au Y des femmes, avec ceux des groupes de Saint-Michel, de Rosemont et du Centre-ville, qui tous avaient trouvé une manière originale de présenter leur quartier.

—Philippe Trolliet

Place aux bénévoles

Bravo les cuisinières !

Nous sommes à l’atelier d’écriture et au loin nous entendons des chaudrons qui s’entrechoquent. Des odeurs surgissent ; ça sent bon, ça titille les narines.

Dans la cuisine, les cuisinières sont là, de bons petits plats se préparent. Les enfants de l’aide aux devoirs vont se régaler avec les biscuits aux pépites de chocolat.

Les jeunes de Charles-Bruneau se sont pourléchés les babines avec le pudding-chômeur.

Quel plaisir que de déguster le pâté chinois ou les lasagnes. Manger ensemble, c’est l’occasion de discuter, de partager un moment d’amitié, de s’amuser, de mieux se connaître.

Être autour de cette grande table avec tous ces enfants ? Un moment privilégié !

—Véronique Dorison

L'effet boomerang

En pensant à nos activités de bénévolat à la MGPV, j’ai eu l’idée d’un titre : L’effet boomerang !

Mais en cherchant le vrai sens de cette expression, j’ai réalisé qu’elle exprimait l’idée contraire de mon propos. Le sens littéral est « une arme d’origine australienne capable de revenir vers le lanceur » et le sens figuré signifie «  un acte se retournant contre son auteur, subir les contrecoups négatifs de nos actes ! ». Un retour de flamme… donc je dirais l’effet boomerang à l’envers, car pour moi, c’est totalement l’inverse.

Nos actions bénévoles nous reviennent toujours positivement et souvent beaucoup plus fortement que nous aurions pu le croire.

Un bel échange à la friperie, des petits enfants qui viennent écouter nos contes, des histoires prenantes échangées avec nos adolescents, et plus… et plus encore !

Alors voilà, j’ai créé une nouvelle expression pour vous, les bénévoles de La Maison des Grands-Parents de Villeray, c’est L’effet boomerang inversé. Ha ! Ha !

Alors au plaisir de partager encore beaucoup d’activités !

—Danielle Paquin

Coin du souvenir

Nos aînés vont de l’avant et sont des gens impliqués dans la vie actuelle et pourtant, quelquefois, ils jettent un regard un brin nostalgique sur leur enfance et partagent avec nous ces souvenirs de leurs jeunes années. Vous en retrouverez d’autres dans le numéro de septembre.

—Claire Provost

Le temps des foins

Ça y est ! Papa vient de fermer la valise de la voiture. Tous les bagages y sont entassés, car nous partons une semaine pour Chartierville, dans les Cantons de l’Est. C’est le temps des foins et nous prêtons main-forte à mon oncle et à mes cousins, car il faut faire vite pour les rentrer, avant que les pluies d’automne ne commencent.

Pour moi, c’est le voyage qui me stresse le plus, car dans les chemins de garnotte, comme dit papa, j’aurai mal au cœur tout le long des trois heures du voyage. Vive les gravols, ça aide !

Rendus dans le rang 5, troisième maison en bas de la côte, nous sommes attendus. Ils sont neuf, soit oncle et tante, six cousins et mon unique cousine. Quelle joie ! j’aurai le droit de traire les vaches toute la semaine, de ramasser les œufs, de faire la descente de foin, assise sur le gros tas, et surtout de sauter du haut de la grange et de fouler le foin, ce qui me coupe le souffle chaque fois. On rentre le soir pour souper et mettre un peu d’alcool sur nos nombreuses égratignures. Puis comme le soir est frais, on allume le poêle à bois qui, en même temps, chauffera l’eau dans le côté.

—Colette Gosselin

L'été au bord du fleuve

Je passais une bonne partie de mes étés dans des chalets sur le bord du fleuve. Il y avait la marée haute qui venait recouvrir la grève et qui cachait les rochers et les algues communément appelées varech, que je prenais plaisir à faire éclater. Il y avait aussi les marées basses qui nous permettaient de voir les moules, les bigorneaux et les palourdes. Je prenais plaisir à escalader les rochers et faire des constructions de sable que la marée haute viendrait lécher, pour finalement les détruire complètement.

 

Parfois, à marée basse, je partais avec des membres de ma famille cueillir des canneberges, appelées aussi atocas, qui poussaient sur l’île juste en face du chalet. Il fallait surveiller la marée, afin de pouvoir revenir à temps, sinon il aurait fallu y dormir.

Les repas plantureux étaient de mode dans ma famille même en été.

Plusieurs bons souvenirs se rattachent à cette période et... quelques mauvais aussi.

—Jacqueline Michaud

Les sauterelles à Sorel

J’avais 5 ou 6 ans, le soleil tapait à me faire éclater la tête. Maman nous offrait, à mon frère et à moi, des popsicles à l’orange, nous étions ravis et retournions jouer dehors. Les draps de coton, bien blancs, séchaient sur la corde à linge, placée entre deux grands bouleaux. Un mélange de sifflements et de bourdonnements sourds attire notre attention vers la corde à linge. Misère ! Des milliers de sauterelles s’élançaient sur les draps et les perforaient de milliers de trous. Nous étions sidérés et immobiles. Le spectacle était très beau et nous étions contents, mon frère et moi, d’y assister. Quand nous sommes rentrés à la maison, bien excités, maman ne partageait pas notre joie et elle était en colère. « Pourquoi vous êtes restés comme des insignifiants sans me prévenir ! »

Mon frère et moi, 65 ans plus tard, en rions encore et notre mère toujours pas !

—Claire Provost

Souvenir d'été

À l’époque, nous habitions encore la petite maison de la 11e rue. Par une belle journée d’été, mon frère, qui ne manquait guère d’imagination, et d’énergie, avait décidé, ce jour-là, que nous jouerions aux indiens ! Et bien entendu, il serait l’Indien. Le connaissant, j’avais toutes les raisons de me méfier, car ce qu’il ne m’avait pas dit, c’est que, pour lui, tout Indien qui se respecte, se doit d’avoir son tomahawk. Il eût donc la bonne idée d’aller chercher un marteau.

Avant même que j’aie eu le temps de réaliser en quoi consistait le jeu et les intentions de l’Indien, il courait tout autour de la maison en scandant les cris de guerre si caractéristiques des Indiens.

J’étais assise par terre, attendant la suite quand il m’asséna un de ces coups de marteau que je n’étais pas prête d’oublier. Il faut croire que je n’avais pas assez vu de films d’Indiens...

En entendant mes cris, ma soeur, comme à l’habitude, s’empressa de rapporter à ma mère la nouvelle bêtise de mon frère. Ma mère sortit aussitôt de la maison. Mon frère, sachant ce qui l’attendait et voulant échapper à ma mère, escalada un tas de planches entassées sur le côté de la maison. C’est ce jour-là qu’il mit le pied sur un clou. Vous pensez bien que ma mère avait vraiment autre chose à faire que de s’occuper de mon « traumatisme crânien » !

Il m’arrive encore parfois de me demander, quand je suis aux prises avec des maux de tête, si je n’ai pas gardé quelques séquelles de cette malheureuse aventure aux pays des Indiens !

—Ginette Lapierre

Il y a déluge et déluge

Où étais-je le 17 mai 1945, à 16 h, à l'âge de sept ans et demi ? Eh bien, j'étais avec mon frère jumeau et le frère Poitras en train d'arracher des pissenlits à l’aide d’un crayon jaune avec une petite efface au bout en guise d'outil de jardinage. C'est alors que le ciel se couvrit subitement de gros nuages noirs, que les ténèbres nous enveloppèrent, qu'un vent de fin du monde se leva et qu'une pluie violente nous trempa comme des bouteilles ! « Allez-vous-en chez vous les jeunes ! Ça va péter ! » dit le frère Poitras.

Nous partîmes en courant, enjambant d'énormes branches d'arbres jonchant le sol, poussés par le vent et la pluie ! Notre maison était plongée dans le noir, la porte avant barrée ! Nous fîmes le tour par la cour arrière, là, le vent trop fort nous empêchait d'ouvrir la porte de la cuisine ! Enfin la porte céda et nous fûmes projetés à l'intérieur ! « Où étiez-vous ? J'étais morte d'inquiétude ! » dit ma mère. « On arrachait des pissenlits avec le frère Poitras ! »

Le lendemain, nous vîmes les dégâts : une grande fenêtre de notre classe s'était écrasée sur quelques pupitres, éclatant en mille morceaux de bois et de verre brisés ! « Si vous aviez été là, y aurait eu au moins quatre morts ! » dit le frère Poitras, ajoutant « Toé le premier ! » à l'adresse de mon frère ! Cette semaine-là, les journaux titrèrent :

DÉLUGE SUR MONTÉAL
DÉGÂTS IMPORTANTS

DÉLUGE DE FEU SUR TOKIO,
100 000 MORTS !

Il y a déluge et déluge...

—Yves Bernard

À noter à votre agenda
Invitation à vous joindre au chœur intergénérationnel
Sous la direction du directeur de chant, Gérard Parent, les pratiques débuteront le jeudi 24 septembre de 15 h à 16 h 45 pour les adultes et de 15 h 45 à 16 h 45 pour les enfants. L’activité est gratuite. Pour plus d’information et inscription : 514 383-9108.
Horaire estival
La Maison des Grands-Parents de Villeray demeure ouverte pendant l'été, toutefois pour juillet et août, nous fermons le vendredi à 12 h.
Du lundi au jeudi, de 10 h à 16 h
et le vendredi de 10 h à 12 h.