La Maison des Grands-Parents de Villeray

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mémoire collective

Le bulletin Mémoire collective est une publication trimestrielle qui a pour but d'informer et de divertir les membres et l'entourage de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Normalement publié en format papier et distribué gratuitement par la poste régulière, le bulletin est également disponible dans internet en version abrégée. Vous pouvez vous procurer la version papier du bulletin Mémoire collective, en communiquant avec nous par téléphone ou par courriel. Nous sommes également en constante recherche de textes à publier; alors si vous êtes intéressés, remplissez le formulaire « À vos plumes ».

Automne 2015

Pendant la période estivale, bien que plusieurs activités font relâche, la MGPV demeure un lieu de belles rencontres intergénérationnelles. Outre les jeunes des camps d’été qui sont venus participer à diverses activités, nombre d’adolescents ont aussi été très fidèles à leurs rendez-vous. C’est dans une ambiance de vacances et de détente que des aînés ont accueilli et accompagné ces jeunes.

Ce fut également l’occasion de faire du ménage dans le matériel des activités et d’améliorer l’aménagement des locaux, plus particulièrement celui de l’artisanat qui a subi une belle métamorphose. J’en profite pour remercier toutes les personnes qui y ont contribué.

Encore une fois, les bénévoles ont démontré leur grande disponibilité et leur engagement à la MGPV. L’esprit d’équipe et le plaisir du travail accompli étaient toujours présents.

Par ailleurs, ces derniers mois, nous avons reçu des demandes de collaboration que nous devrons évaluer avec, comme toujours, le souci de bien poursuivre notre mission de rapprochement et de partage intergénérationnels. La rentrée sera donc très stimulante. Bonne rentrée !

— Clémence Racine
Directrice générale



Invitation à nous proposer des textes

Vous pouvez nous soumettre vos textes qui rejoignent notre mission : l'intergénérationnel et ce qui en découle. Le comité du bulletin, composé de trois bénévoles aînés, de la secrétaire et de la directrice générale, vous informera si votre texte est retenu. Nous attendons donc vos écrits.

La date de tombée pour nous soumettre vos textes est le 30 octobre 2015.

Conseil d'administration et comité des responsables

Un petit mot du conseil...

Lors de la réunion de septembre, les membres du conseil d’administration ont élu les fonctions au sein du C. A. Voici donc le conseil d’administration pour 2015-2016 :

Monique W. Jefford présidente
Danielle Paquin vice-présidente
Philippe Trolliert secrétaire
Julie Lefebvre trésorière
Carl Beauregard
administrateur
Christianne Lefebvre administratrice
Ginette Morrier administratrice
Suzy Roda administratrice
Audrey St-Laurent administratrice
C’est avec beaucoup d’intérêt que le C. A. entreprend cette nouvelle année d’activités qui s’annonce bien remplie. Les membres auront à évaluer de nouvelles demandes de collaboration, poursuivre son travail d’évaluation des activités et voir au bon fonctionnement de l’ensemble des activités intergénérationnelles pour une continuité de notre mission.

Le rôle des membres du conseil d’administration est aussi de s’assurer que la MGPV a toutes les ressources (financières, humaines et matérielles) nécessaires pour la réalisation des activités régulières et ponctuelles. Ainsi les moyens de recrutement, l’accueil et l’accompagnement des bénévoles sont au coeur des préoccupations du C. A.

À la MGPV, l’implication bénévole c’est devenu contagieux. Merci à toutes les personnes qui en font la promotion. Ceci favorise le rayonnement de La Maison des Grands-Parents de Villeray dans divers milieux.

— Clémence Racine

... et des responsables

Le comité des responsables s’est réuni le 9 septembre dernier pour débuter une nouvelle saison à la MGPV.

Le but de ces réunions mensuelles est de réévaluer les besoins et les attentes des programmes d’activités.

Pour chaque activité, la personne responsable représente l’ensemble des bénévoles impliqués et sert aussi d’intermédiaire entre les participants et la direction. Tout se fait dans la bonne humeur, le partage d’idées et de quelques taquineries !

Cette année, l’accent sera mis sur :

– L’heure du conte en pleine expansion ;

– Les résultats des évaluations très positives des participants ;

– La bonification de l’aide aux devoirs.

Comme un bruissement d’aile, nous prenons des voies différentes, mais le but reste le même : croire et espérer que notre implication apporte un «  petit plus » pour vivre dans un monde meilleur et possiblement déclencher un ouragan de bonté.

— Claire Provost

Place aux nouvelles

Atelier d'écriture

Depuis bientôt deux ans, j’anime un atelier d’écriture à l’intention des bénévoles de La Maison des Grands-Parents. Le dernier fut un peu spécial, car nous recevions des femmes de l’organisme L’Arrêt-Source. Cet organisme communautaire a pour mission d’accompagner des jeunes femmes de 18 à 30 ans afin de les aider à répondre de façon adéquate à leurs besoins. Avec les participantes de la Maison, il y avait une vingtaine de femmes autour des grandes tables de la cuisine !

Toutes se présentèrent brièvement. Puis, afin de se réchauffer les doigts, quelques minutes d’écriture automatique, avec une contrainte : commencer par « aujourd’hui, je... » et où l’on met tout, tout ce qui nous passe par la tête ; et que, bien sûr, on ne lit pas ! Ensuite, un « cadavre exquis », un mot ou une courte phrase que l’on écrit sur une feuille, puis que l’on plie pour cacher ce qui est écrit avant de la passer à sa voisine. Un jeu des surréalistes, toujours très amusant ! Et là, bien sûr, chacune lit !

Je leur donnai ensuite un poème d’Arthur Rimbaud et leur demandai de le caviarder, c’est-à-dire de biffer une partie des mots, ce qui en change forcément le sens ! Lecture ! oui, là toutes lisent. D’autres jeux encore ! Il existe des dizaines de jeux de ce genre... et, si vous ne les avez jamais faits, vous aurez peine à imaginer les éclats de rires autour de la table !

Et voilà... les deux heures passèrent très très vite, et toutes repartirent enchantées.

— Philippe Trolliet

Jardin collectif sur la terrasse

Depuis plusieurs années, sur la terrasse de la MGPV, des personnes qui désirent partager leur intérêt pour le jardinage s’impliquent dans cette activité très conviviale. Du printemps à l’automne, nous pouvons donc profiter de la beauté du jardin dans des bacs et savourer des légumes frais et des fines herbes. Cette activité permet à certains de s’initier au jardinage et à d’autres de transmettre leurs connaissances. Les enfants des camps de jour profitent aussi d’un atelier d’initiation au jardinage. Merci à la Maison de quartier Villeray pour son soutien dans cette activité.

— Clémence Racine

Camps de jour

L’été, les cris et les rires des enfants ne manquent pas à La Maison des Grands-Parents de Villeray ! Ce sont ceux des gamins des camps de jour du Centre de loisirs communautaires Lajeunesse venant les mardis matins. Ils sont une quinzaine, une vingtaine parfois ; les trois premières semaines, ce furent ceux de sept à neuf ans, les trois suivantes, les plus petits, ils ont quatre, cinq ou six ans, et, enfin, l’été déjà bien avancé, les plus âgés ! Les bénévoles s’étaient rencontrés au mois de juin afin de planifier la programmation.

Comme nouvelles activités, nous avons fait de l’origami, animé par Ernest et Marianne, ainsi que le « pliage de livres », une idée de Rolande, et dont vous pouvez admirer un exemplaire, suspendu à l’applique à l’entrée de la Maison. Ces deux activités se révélèrent être un beau succès ! Oh ! je n’oublie pas le jardinage, le yoga, le bricolage — la fabrication de Minions ! — ou les jeux, où tous semblaient ne vouloir rien d’autre que le baby-foot, jusqu’à ce qu’ils découvrent les joies du golf ou celles du jeu de poches ! Un fort bel été !

Nous reçûmes aussi, pour la troisième ou quatrième année, les enfants du camp de jour de l’Entraide bénévole Kouzin Kouzin’. Les plus grands, cinq filles et un garçon, firent des biscuits, d’excellents biscuits ! Deux par deux, ils préparèrent ainsi trois fois la même recette. Les plus petits faisaient, eux, des jeux et de l’origami — et nous apprîmes que ce pouvait être une discipline bien difficile pour de tout petits doigts !

— Philippe Trolliet

Magasin-Partage de la Rentrée

Fidèle à ses engagements, la MGPV a participé pour une quatrième année à l’organisation du Magasin-Partage de la Rentrée. Grâce à un important travail de collaboration de divers organismes du quartier, ce projet porté par la Table de concertation en sécurité alimentaire permet à des familles à faible revenu de recevoir du matériel scolaire et des denrées alimentaires pour la rentrée scolaire.

Cette année encore, la contribution financière et matérielle de plusieurs acteurs du quartier ainsi que du Regroupement des Magasins-Partage de Montréal a permis d’aider plus de 180 familles, ce qui correspond à plus de 300 élèves du primaire et du secondaire.

Ainsi le 18 août dernier, au Patro Le Prevost, grâce à l’implication d’une soixantaine de bénévoles, ce projet de quartier fut un succès. Ce beau travail d’équipe a permis à plusieurs parents et enfants de vivre une rentrée scolaire plus facile et plus agréable.

Par ailleurs, trois aînées de la MGPV ont préparé un buffet pour les bénévoles impliqués à la journée de montage du magasin. Un gros merci à Thérèse, Maria et Jeannette !

— Clémence Racine

Espace projet — Place de Castelnau

Celles et ceux qui n’ont pas été de l’été sur la rue de Castelnau n’auront pas vu celle-ci transformée en un nouvel espace citoyen inspirant les rencontres ! Suite à une demande de nombre de citoyens, l’arrondissement a installé quatre placotoirs, peint les trottoirs de bleu et blanc et chargé Espace projet — une galerie d’art contemporain sise coin Drolet et Villeray — d’assurer une animation culturelle sur cette place pour les trois mois de l’été.

— Philippe Trolliet

Échange de recettes

Par un beau dimanche après-midi, le 23 août, à l’invitation d’Espace projet, La Maison des Grand-Parents de Villeray a investi la place de Castelnau, coin de Gaspé. Il s’agissait d’offrir et de partager des recettes traditionnelles. Des bénévoles ont proposé les leurs. Les recettes étaient bien en vue, suspendues à une corde. Les promeneurs du quartier n’avaient qu’à y arrêter leurs yeux pour les découvrir, et quiconque en voulait, pouvait se servir.

Il convient de souligner l’apport de Lise, bénévole à La Maison des Grand-Parents de Villeray, qui ne s’est pas seulement contentée de partager ses recettes. Elle cuisina même la recette traditionnelle de pouding chômeur, un délice de son arrière-grand-mère, offert en dégustation aux passants désireux d’y goûter. Ce fut un franc succès.

Les participants n’ont pas été aussi nombreux que nous aurions espéré, mais leur intérêt était bien évident.

Pour une première, on ne peut que se féliciter. Recette à renouveler.

—Marie-Andrée Lessard

Pouding chômeur au sirop d'érable (12 portions)
Pâte à gâteau

½ tasse de beurre ramoli
1 tasse de sucre
2 œufs
1c. à thé de vanille
2 tasses de farine
1c. à table de poudre à pâte
1 ⅓ tasse de lait

Sauce crémeuse à l’érable

1 ½ tasse de sirop d’érable
1 ½ tasse de cassonade
1 ½ tasse de crème 35 %
⅓ tasse de beurre

Préparation de la pâte

Dans un grand bol, à l’aide d’un batteur électrique, battre le beurre et le sucre jusqu’à ce que le mélange soit léger. Ajouter les œufs et la vanille et mélanger. Dans un autre bol, mélanger la farine et la poudre à pâte. Ajouter les ingrédients secs à la préparation de beurre, en alternant avec le lait et bien mélanger. Verser la pâte dans un plat beurré 13 po x 9 po allant au four.

Préparation de la sauce

Dans une grande casserole, porter à ébullition le sirop, la cassonade, la crème et le beurre en brassant. Réduire le feu, laissez mijoter pendant 2 minutes ou jusqu’à ce que la sauce ait légèrement réduit.

Verser délicatement la sauce bouillante sur la pâte. Préchauffer le four à 325 °F (160 °C) et cuire pendant environ 35 minutes ou jusqu’à ce que le dessus du pouding soit doré et qu’un cure-dents inséré au centre en ressorte propre. Servir chaud ou à température ambiante.

Bon appétit !

Salle d'artisanat Avant/Après

Au deuxième étage de La Maison des Grands-Parents de Villeray se trouve une salle dédiée à l'artisanat où les participantes se regroupent chaque semaine autour d’une grande table afin de tricoter, coudre, broder, crocheter et bien rire. Cependant, au fil des années, les dons de matériel se sont accumulés plus vite que notre capacité à les transformer, et ce, même si certaines tricotent plus vite que leur ombre !

Les boîtes et les sacs se sont empilés le long des murs si bien que le groupe devenait de plus en plus « tissé serré », au coude à coude, et que la salle semblait de plus en plus petite. Nous avons donc profité de l’été pour faire un « très » grand ménage ; les bénévoles du comité ont trié la laine et les tissus, classé les boutons et les épingles, confectionné des rangements pour les aiguilles à tricoter, nettoyé et rangé une quantité incroyable de matériel.

Nous avons aussi revu le système de rangement et avons profité de cette occasion pour faire repeindre la salle. Voilà donc la saison du tricot qui recommence dans un environnement renouvelé, tout frais et prêt à accueillir les participantes.

Un grand merci aux bénévoles qui se sont impliquées dans ce projet d'envergure qui n'aurait pu être réalisé sans leur aide si précieuse.

— Audrey St-Laurent

Une nouvelle couleur pour le chœur intergénérationnel de la MGPV

C’est avec un nouveau directeur musical que le chœur intergénérationnel de La Maison des Grands-Parents de Villeray entreprend sa 15e année.

Nous avons le plaisir d’accueillir Gérard Parent, musicien, pianiste et chef de nombreux chœurs.

Pendant 25 ans, il a été professeur affilié à l’école Vincent-d’Indy, il a enseigné le piano et la musique à des enfants et à des adultes. Il a fondé la maison Éditions Notez Bien et il a écrit et publié plus d’une dizaine de livres pédagogiques pour l’apprentissage de la musique et de la technique du piano.

Depuis 2008, M. Parent dirige plusieurs chorales tout en les accompagnant au piano, il compose aussi toutes les harmonisations. La musique populaire et classique constitue le répertoire de ses diverses formations chorales.

L’on dit que sa belle voix de ténor, sa musicalité, sa virtuosité au piano et sa pédagogie teintée d’humour font de lui un chef de chœur très apprécié.

L’arrivée de Gérard Parent apportera une toute nouvelle couleur à notre chœur. Nous lui souhaitons la plus cordiale bienvenue.

Selon le nombre de choristes inscrits, la MGPV peut accepter de nouvelles inscriptions tout au long de l’année. Pour ce faire, vous n’avez qu’à compléter le formulaire d’inscription à l’accueil de la MGPV.

Il est à noter que cette activité est gratuite et a lieu tous les jeudis de 15 h à 16 h 45. Vous pouvez vous y présenter dès 14 h pour prendre un café et rencontrer les autres choristes. Les jeunes de niveau scolaire se joignent au chœur après les classes.

Bienvenue à toutes et à tous, quels que soient votre âge et votre voix.

Bel automne en chansons !

— Marité Perron

Prêts pour la rentrée scolaire

Pour bien accueillir les élèves qui bénéficieront de l’aide aux devoirs pour 2015-2016, nous avons organisé une rencontre de préparation. C’est ainsi que près d’une vingtaine de bénévoles ont participé avec beaucoup d’intérêt à cette rencontre qui a répondu à plusieurs objectifs. Outre le fait d’accueillir les nouveaux bénévoles qui se joignent à l’équipe, ce fut un important moment d’échanges d’information et d’expérience qui favorise toujours une belle continuité dans l’accompagnement de ces jeunes. Pour la MGPV, c’est aussi l’occasion d’entendre les commentaires, les besoins et les idées des bénévoles qui ont à cœur le bon fonctionnement de l’aide aux devoirs dans un climat de respect et de plaisir partagés.

— Clémence Racine

Accès-Loisirs Villeray

Pour une deuxième année, le 16 septembre dernier, la MGPV a accueilli des personnes et des familles pour les inscriptions de la session d’automne au Programme Accès-Loisirs. Nouveauté pour cette session, les quartiers Petite-Patrie et Parc-Extension ont eux aussi mobilisé divers acteurs du milieu pour offrir gratuitement des activités de loisirs aux personnes et familles à faible revenu (selon Statistique Canada).

Grâce à la participation de partenaires qui offrent des activités, le comité peut offrir une belle programmation de loisirs pour les enfants, les adolescents, les adultes et les aînés. Pour bénéficier de ce programme, les personnes admissibles doivent présenter une preuve de revenu lors des inscriptions.

Des bénévoles se sont impliqués avec beaucoup d’intérêt pour permettre aux personnes de faire des choix d’activités intéressantes en tenant compte de leurs besoins. Prochain rendez-vous : janvier 2016 pour la période d’inscription de la session hiver-printemps.

— Clémence Racine

5 à 7 de la Rentrée

La MGPV est à la fois traditionnelle et d’avant-garde.

Toujours ouverte à de nouveaux projets, innovatrice dans son approche, la MGPV sait toutefois conserver les traditions qui apportent à ses bénévoles plaisirs et partage, il en est ainsi pour le 5 à 7 de la Rentrée.

Quand septembre revient, cette fête de la rentrée marque le début de la nouvelle saison et on profite de l’occasion pour présenter les activités, les nouveaux bénévoles et les responsables des activités.

Tout se fait avec simplicité, chaleur et convivialité.

Qu’il fait bon de se retrouver, de partager ses souvenirs du dernier été, de déguster de délicieuses bouchées et de parler de nos projets à la MGPV.

C’est plus que retrouver des collègues, c’est se retrouver entre amis !

— Claire Provost

Coin du souvenir

La vie de nos aînés est une source inépuisable de souvenirs et d’anecdotes de leur enfance et de leur vie de jeune adulte ! Nous avons demandé à quelques aînés bénévoles de nous écrire un texte portant sur un moment, un fait, un évènement qui les ont particulièrement touchés. C’est avec grand plaisir qu’ils ont répondu à l’invitation.

En voici un florilège que nous partageons avec vous.

— Claire Provost

Une présence

J’ai dix ans, mes deux frères et moi, demeurons en pension à la Grande Fresnière, près de Saint-Eustache. L’été, lors de leur visite, notre mère et oncle Arthur nous amènent à la plage Brunet, au bord du lac des Deux-Montagnes. Quelle joie, à chaque fois ! J’adore l’eau claire, le sable beige, l’odeur du snack-bar. Je ne sais pas nager, je joue habituellement avec mon frère Michel dans l’eau peu profonde.

Une journée, munie d’une chambre à air, prêtée par oncle Arthur, je m’élance dans l’eau et m’y installe afin d’aller un peu plus loin et plus profond, où il y a quelques nageurs. Heureuse, je me laisse bercer par les flots, quand soudain ma chambre à air est soulevée violemment et je suis projetée à l’eau… par qui ou par quoi, je ne saurai jamais. Surprise et en panique, je me débats, je coule et remonte deux fois à la surface, je ne trouve pas la bouée autour de moi et arrive à peine à crier. Il n’y a personne autour pour se rendre compte de ma détresse.

Je me retrouve au fond du lac sablonneux. J’ai un urgent besoin d’air et je sens que je vais me noyer. Je me dis « Non ! » et je prie Marie de me sauver, celle à qui je me confie, dont je sens souvent la protection. Je sens un « Regarde au-dessus de ta tête » et oh bonheur !, je vois la bouée dans les rayons de soleil, mais elle est si loin… Je me demande si j’aurai le temps de m’y rendre, car il y a bien au moins 30 pieds. Dans un ultime effort, je pousse très fort au fond du lac et me donne un bon élan et l’attrape. Il était temps ! J’étais à bout de souffle. Je reviens à la plage en pleurant tellement j’ai eu peur. Personne ne me demande ce qui se passe. Je cours vers ma mère, en pleine conversation, et lui dis en pleurs : « J’ai failli me noyer ! ». Là encore aucune réaction, pas un seul mot mais un regard qui dit : « Tu es bien vivante ! ».

Vraiment, est-ce que j’existe ? « Bon, je suis vivante et c’est ce qui compte, les autres ne se sont aperçu de rien. C’est tout ! » me dis-je… Mais quelqu’un veillait sur moi… quelqu’un en moi. Enfant, je ne me sentait jamais seule en priant Marie ou Jésus, les parents célestes de mon l’enfance.

— Lise Gratton

Les veillées sur la galerie à la noirceur

Petite je passais mes fins de semaine chez ma grand-mère maternelle. Elle était veuve et vivait dans sa maison au bord de la Rivière-des-Prairies avec son fils cadet et sa sœur célibataire. Elle aimait bien cuisiner, engraissait ses propres poules et lapins. Ses tartes généreuses nous comblaient de joie.

Les soirs d’été après un bon souper nous allions tous les quatre veiller sur la galerie de bois qui occupait la longueur de la maison. Une chaise berceuse était réservée à grand-mère et des chaises en toile accueillaient les autres membres de notre groupe.

Jusqu’à la brunante sans lumière on pouvait distinguer autour les écureuils se courir dans les arbres, le couple de colombes se bécoter sur un fil électrique, les cœurs saignants et autres fleurs du jardin.

Dès qu’il faisait noir, mon oncle allumait la lumière de dehors au-dessus de nos têtes — ce n’était pas long que les barbeaux, ces insectes noirs, se mettaient à bourdonner. J’avais peur il y en avait beaucoup. Alors mon oncle disait on va veiller à la noirceur et il éteignait la lumière. Il restait les senteurs des fleurs et les étoiles à repérer.

— Lise Bélisle

Fin de semaine de l'Action de Grâce au lac Bleu

À chaque automne, c’est la fermeture des chalets pour l’hiver et le temps de remiser les bateaux. La fin de semaine de l’Action de Grâce est donc l’occasion de retrouver les amis avec qui on s’est amusé tout l’été. Mais pas question de remiser le seul bateau encore amarré au quai avant une ultime excursion de ski nautique. Nous voulons, pour une dernière fois, chausser les skis qui nous ont procuré tant de plaisir.

Il va sans dire que les parents sont inquiets; toutefois, nous les avons convaincus que nous serions prudents et bien habillés… Oui, oui, bien habillés, avec des jeans et des chandails de coton ouaté. Évidemment, on promet d’éviter les acrobaties qui risquent de nous précipiter dans l’eau froide, mais le slalom sur un ski est un défi encore plus tentant, pour le plaisir et pour prouver aux parents qu’on est assez vieux pour savoir ce qu’on fait ! Un défi d’ados quoi ! On avait beaucoup de plaisir à défier aussi l’automne qui nous avait forcés à se séparer pour retourner vivre en ville et reprendre nos études.

Après cette folle et merveilleuse randonnée, garçons et filles aidaient le propriétaire du bateau à le sortir de l’eau pour le remisage hivernal. Suivait, chacun chez soi, le raclage des feuilles et les feux de broussailles où on pouvait griller les dernières guimauves qui gisaient au fond d’une armoire de cuisine.

À la fin de ce congé, on se quittait en se promettant d’autres exploits pour l’été prochain. Et peut-être allions-nous nous croiser, au cours de l’hiver, sur une pente de ski… Qui sait !

— Nicole Cyr

Jardin d'enfants

Un coin de cour près de la maison, qui n’a, cette année, pour vocation que la liberté d’un jardin improvisé. Bon, le temps est parfait : un beau soleil, une chaleur printanière et une folle envie d’amuser les enfants du quartier. Ils sont trois : Justin et Vincent quatre ans et Olivier presque trois ans. Joies et excitation suivent ma proposition à l’expérimentation que je leur propose. Après quelques explications sur le pourquoi et le comment, et l’espérance d’un résultat, c’est parti ! J’ai tout ce qu’il faut, les semences en vrac, les outils de jardinage, l’arrosoir et un cœur de maman qui ne veut pas s’éteindre. Il y a eu des pauses jasettes, pauses histoires, pauses jus, pauses pipi et mille questions étirant le jeu tout l’après-midi. Nous prenions le temps qu’il faut pour que le tout soit bien fait dans le plaisir et la joie.

L’été avança et vers sa fin, de ce petit bout de terre émana une explosion de couleurs, de formes et de variétés de fleurs accompagnées de feuillages magnifiques. Seulement à regarder le jardin, j’entends encore leurs petites voix et leurs rires qui se transforment en une jolie mélodie printanière.

Mes trois mousquetaires revinrent à l’endroit où ils avaient travaillé si fort. Surprise et émerveillement ! Tour à tour, ils invitèrent leurs amis à admirer leur jardin. La petite Marèva vint souvent, étant la petite princesse de ces petits bouts d’homme ; et de nombreux bouquets pour maman. De ma fenêtre ouverte, j’entendais à l’occasion des petites voix venant de la cour. Je m’en trouvais secrètement le cœur comblé. Quelle belle expérience de vie. Ils avaient mis le temps nécessaire et la persévérance, le résultat était à la hauteur. Et, tout ceci dans le plaisir. Longtemps fleurira en moi le souvenir de ce bel après-midi, où il a fait si bon vivre entourée de ces petits amours. J’emprunte quelques mots d’une chanson de Céline Dion Le temps qui compte pour dire : « Le temps qui compte est toujours compté ».

— Claire Béliveau

La strappe

Où en étais-je en juin 1948 à l'âge de 10 ans et demi ? Eh bien, j’en étais à user mon fond de culotte sur les bancs de l’école Saint-Gérard, en 5e année A, dans la classe de monsieur Bizaillon, alias « Bizoune aux oignons ». C’était un jour de canicule. Un vent de folie s’était emparé de nous, petits écoliers sans cervelle ! Laurion soudainement se leva et sauta par la fenêtre du 2e étage et disparut à nos yeux incrédules ! En fait, il s’était accroupi sur la margelle du fronton de la porte principale de l’école ! De retour en classe, par la même fenêtre, il grimpa sur un tuyau de chauffage vertical jusqu’au plafond et refusa de descendre ! « Laurion, descendez immédiatement ! » lui ordonna Bizoune. « Non ! » Toute la classe éclata de rire et applaudit ! Bizoune resta très calme, il sortit la strappe du tiroir de son pupitre et déclara : « Très bien : les deux premières rangées venez en avant et présentez votre main ! » Nous nous alignâmes en tremblant, avec Laurion toujours collé au plafond comme une araignée géante ! Bientôt un murmure se rendit jusqu’aux oreilles de Bizoune: « Monsieur, monsieur, lui, son père est avocat ! » Bizoune me regarda, haussa les épaules, et nous renvoya à notre place, puis se retournant vers l’araignée géante, il lui dit : « Descendez, maintenant, sinon, je vais chercher monsieur Ferland,le directeur ! ». Docilement, l'araignée descendit et alla s'assoir à sa place !Tout à coup monsieur Bizaillon nous sourit et dit : « C’est aujourd'hui le dernier jour d’école ! Allez-vous-en chez vous ! Revenez lundi pour la distribution des prix ! Bonnes vacances et "bonne" été ! »

— Yves Bernard

À noter à votre agenda
Brunch Intergénérationnel
Le prochain brunch aura lieu le dimanche 25 octobre
11 h à 12 h : Brunch
12 h à 13 h : Animation portant sur les aînés auprès des jeunes adultes
Veuillez confirmer votre présence avant le jeudi 22 octobre. Activité gratuite.
Bienvenue à toutes les générations !
Carrefour automnal des aînés de Villeray 2015
Sous le thème « Je m'enracine dans mon milieu », les aînés sont invités à une journée d'activités, organisée par la Concertation locale des aînés de Villeray, qui aura lieu le vendredi 2 octobre, de 9 h à 15 h, au Patro Le Prevost.
Inscription obligatoire avant le 25 septembre au 514 383-9108.
Un temps pour l'art - Journées culturelles pour les 50 ans et plus
Pour la programmation Automne 2015 à l'auditorium Le Prevost et dans les bibliothèques de l'arrondissement, vous pouvez vous procurer le dépliant « Un temps pour l'art » à La Maison des Grands-Parents de Villeray.