La Maison des Grands-Parents de Villeray

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mémoire collective

Le bulletin Mémoire collective est une publication trimestrielle qui a pour but d'informer et de divertir les membres et l'entourage de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Normalement publié en format papier et distribué gratuitement par la poste régulière, le bulletin est également disponible dans internet en version abrégée. Vous pouvez vous procurer la version papier du bulletin Mémoire collective, en communiquant avec nous par téléphone ou par courriel. Nous sommes également en constante recherche de textes à publier; alors si vous êtes intéressés, remplissez le formulaire « À vos plumes ».

Hiver 2017

Qu’est-ce qu’un grand-parent ? Lorsqu’on cherche à définir ce rôle, on mentionne la bienveillance, l’amour inconditionnel et, bien sûr, l’écoute. Chez nous, nous avons pris un rôle familial pour en faire un rôle social déterminant. Quelle bonne idée ! Les bénévoles, majoritairement des aînés, viennent soutenir le développement des jeunes, sans juger et avec ouverture. L’accueil très familial est essentiel.

C’est presque l’hiver. Le temps des fêtes arrive. On se retrouve en famille pour souffler. On remarque toutefois que l’on s’essouffle beaucoup avant, car on s’affaire pour « réussir », pour faire le mieux possible. Chacun prépare les fêtes qui s’en viennent. Les différentes recettes personnelles ou familiales ressortent et, c’est délicieux ! Dans cet état d’esprit, souvenons-nous de nos grands-parents. Qu’est-ce qu’ils représentaient pour nous ? Qu’est-ce qu’ils représentent dans nos vies ? Voici donc le moment de souligner, encore plus, l’apport intergénérationnel. Se côtoyer, avoir du plaisir ensemble, partager… voici ce que je nous souhaite ! Joyeuses fêtes à tous !

— Francine Goyette, directrice générale



Invitation à nous proposer des textes

Vous pouvez nous soumettre vos textes qui rejoignent notre mission : l'intergénérationnel et ce qui en découle. Le comité du bulletin,composé de trois bénévoles aînés, de la secrétaire et de la directrice générale, vous informera si votre texte est retenu. Nous attendons donc vos écrits.

La date de tombée pour nous soumettre vos textes est le 26 janvier 2018.

Conseil d'administration

Chers bénévoles,

Une année s’achève, celle où nous avons célébré tous en cœur et par des projets originaux les 25 ans de notre organisme. Nous avons connu des changements au sein de notre personnel, mais notre chère Maison continue de rayonner dans le quartier, nos activités ne cessent de se diversifier et de nouveaux bénévoles se joignent à nous. Par l’amour que vous apportez et l’enthousiasme qui vous anime, l’équipe de la Maison se sent soutenue pour donner le meilleur d’elle-même afin que la MGPV progresse tout en restant cet endroit chaleureux que nous chérissons tant.

Il me fait plaisir, au nom des membres du C. A., de vous souhaiter de joyeuses fêtes dans vos familles et une bonne année 2018. Nous ne manquerons pas, à la Maison des Grands-Parents de Villeray, de célébrer ensemble cette fête et le souper de Noël est toujours l’occasion de gâter ceux et celles qui nous accordent généreusement leur temps tout au long de l’année.

— Ginette Morrier, présidente du C. A.

Madame Girard n'est plus...

La cofondatrice de la MGPV a quitté cette terre pour un ailleurs inconnu. Elle fut une pionnière et consacra des décennies à soutenir et à aimer cette Maison.

Depuis quelques années, elle éprouvait des ennuis de santé, elle s’était donc retirée des responsabilités de la Maison, mais, elle la gardait profondément ancrée dans son cœur et elle en prenait régulièrement des nouvelles ! Maintenant la Maison a plus de vingt-cinq ans et est autonome.

« Sa » maison vole de ses propres ailes. Elle peut partir en paix, son souvenir reste encore entre ses murs.

Merci à Mme Girard et à toutes ces femmes qui ont des rêves et travaillent à les réaliser. Vous étiez, madame, un beau modèle de cette race de femmes !

— Claire Provost

Place aux nouvelles

Fête de quartier

« OYEZ ! OYEZ ! Gens du quartier Villeray, venez vous amuser à la fête populaire des organismes qui vous desservent. »

C’est ainsi que, par un beau matin ensoleillé, les bénévoles de la Maison des Grands-Parents sommes allés, avec Élizabeth, participer à ce joyeux événement.

Un sourire, une table, des affiches et du matériel pour réaliser de beaux cadres décorés et des dessins, voilà ce que nous offrions à nos visiteurs. Une atmosphère d’amitié, des parents heureux de voir leurs enfants contents, de beaux petits projets à rapporter, tous ces éléments ont fait du 16 septembre une très belle journée. Une expérience à refaire !

Bravo pour les organismes, les familles et les adorables petits enfants !

— Danielle Paquin

Un jour Montréal-Nord

Le 28 septembre dernier, à Montréal-Nord, un forum  se tenait sur le Vivre et vieillir organisé dans le cadre de la 3e édition du Salon de l’engagement citoyen. Cette démarche de réflexion collective vise à dynamiser le quartier Montréal-Nord et se veut aussi un espace pour favoriser une connaissance et une appropriation de l’enjeu du vieillissement. Des citoyens ont partagé leurs expériences du vieillissement, mais aussi leurs perceptions de celui-ci.

Dans cet événement, j’ai participé au panel qui clôturait la journée et qui portait sur l’innovation dans les organismes intergénérationnels. Les participants ont pu en apprendre davantage sur nos pratiques qualifiées d’innovantes et d’audacieuses par les organisateurs du  Centre d’action bénévole de Montréal-Nord. Le panel était composé de représentants de Coup de pouce Jeunesse, de Présâges, d’Intergénérations Québec et, bien sûr, de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Quelques questions étaient adressées aux panélistes : - Qu’est-ce que cela veut dire pour vous l’innovation dans des démarches intergénérationnelles ? - Quelles sont les initiatives qui fonctionnent bien ? Celles qui fonctionnent moins bien ? - Quels sont pour vous les bénéfices de l’intergénérationnel dans vos organismes ? - Quelle est la « plus-value » de ces approches ? - Qu’est-ce qui pourrait être fait pour valoriser l’intergénérationnalité dans notre société ? - Quel est le souhait que vous avez pour l’intergénérationnalité ?

Les questions étant posées, restent les réponses à trouver et surtout à partager ! Bonne réflexion…

— Francine Goyette

Salon des aînés

Le 29 septembre dernier, la Concertation locale des aînés de Villeray, dont fait partie la MGPV, a organisé la dixième édition du Carrefour automnal des aînés. Plus de 200 personnes ont pu, après le dîner, entendre sœur Angèle parler du bien vieillir avec son humour habituel. Elle a ensuite répondu aux questions de l’auditoire.

Pour notre part, à notre kiosque, les bénévoles recueillaient des mots d’encouragement que les aînés adressaient à d’autres générations. Voici des exemples :

Cher jeune, j’aimerais te dire que je sais que ce moment de ta vie n’est pas facile mais que tu as en toi tout ce qu’il faut pour réussir ta vie. Je te souhaite de garder confiance en toi et de suivre ton instinct pour trouver ton chemin.

Chère jeune maman, j’aimerais te dire que tu es formidable. Ne l’oublie pas, prends aussi soin de toi. Lorsque je te vois avec ton enfant, je me rappelle que c’était pas facile de prendre l’autobus.

Cher jeune papa, j’aimerais te dire que dans la balance, les joies seront toujours plus grandes que les difficultés. Lorsque je te vois avec ton enfant, je me rappelle que ces moments magiques nous changent à jamais, pour le mieux.

— Francine Goyette
et les participants à la journée

La journée de l'allaitement

Le mercredi 5 octobre, la Maison des Grands-Parents de Villeray a accepté avec plaisir l’invitation d’Espace Famille Villeray. Depuis plusieurs années, nous participons à la journée de l’allaitement qui se déroule au Centre Lajeunese. Une grande table mise à notre disposition nous a permis de rencontrer plusieurs nouvelles mamans du quartier. C’était une belle occasion de les inviter à nos café-rencontres et de leur parler de la Maison. Après les conférences, qui avaient lieu cette année à l’étage, le dîner était offert et ce fut très apprécié par toutes les participantes.

Élizabeth, notre pétillante coordonnatrice, avait installé une table de toutous et de livres destinés aux tout-petits. Cette journée nous a permis de recruter de nouvelles participantes et de passer de bons moments avec les jeunes familles du quartier.

— Monique W. Jefford

Lis avec moi

Lis avec moi ! Tous étaient là ! Les enfants avaient pris place sur les tapis, devant la conteuse, et, sur des chaises en cercle derrière les minots, les éducatrices ainsi que quelques bénévoles de l’heure du conte. D’autres s’étaient assis sur les trois marches. Ainsi, d’ailleurs, que Juliette et deux ou trois bénévoles de la Maison. La conteuse se présenta, Amélie Montplaisir ; elle expliqua ce qu’elle faisait. Illustratrice. Elle montrait un petit livre, l’ouvrait. Puis elle y alla avec une chansonnette, l’accompagnant de gestes, la fit répéter aux mômes. Elle poursuivit. « Je ne suis pas venue toute seule !… J’ai un animal de compagnie, là, dans mon sac… Non, ce n’est pas un chat… pas un chien non plus… un poisson ?… non… Devinez ! » et elle ouvre le grand sac, « Un raton laveur ! Il s’appelle Raoul. Savez-vous où je l’ai rencontré ?… — les gamins ne la quittaient pas des yeux, ni, d’ailleurs, Raoul, qui parlait ! qui lui répondait —, je sortais de la maison… il fouillait dans mes poubelles ! » Et un dialogue avec Raoul se poursuivait, Raoul parlait, répondait, il nous affirma adorer les trognons de pomme ! Que c’était amusant ! Et elle nous lut une première histoire, mais, avant de commencer, elle fit bouger les enfants avec une autre comptine. Nous conta, car elle n’avait que les dessins originaux, le livre ne devant paraître qu’à la fin d’octobre. Une histoire de pomme d’ailleurs ! « Qu’est-ce qui vient en premier ? La pomme ? Le pommier ? Ou le pépin ? » Un garçonnet, une fillette, «  hauts comme trois pommes », et, entre les deux, trois pommes posées les unes sur les autres. Le conte alla du pépin d’une pomme tombée et se termina avec le pommier d’où une pomme tombait. Une autre comptine, un autre livre, qui, lui, parlait de chocolat ! Amandine et le chocolat, sur un texte de Chantal Bertrand. Ô gourmandise ! Et l’heure se termina par une dégustation de chocolat ! Le noir d’abord, puis le brun, pour se terminer avec le chocolat blanc. Et était venu le temps pour les petits de remettre vestes ou chandails et de nous quitter. Une heure merveilleuse. Et c’est juste un peu dommage qu’il n’y ait eu plus de conteuses — et conteurs ? — présentes !

— Philippe Trolliet

Le Tricheur

Notre maison est de plus en plus connue et réussit même à obtenir des dons en pleine télévision ! L’émission « Le Tricheur » , à TVA, jumelle les artistes participant à une cause qui leur tient à cœur. En octobre dernier, le comédien Daniel Parent a choisi la MGPV pour offrir sa cagnotte de 1 075 $. Geste généreux qui a donné beaucoup de visibilité à la Maison et une belle publicité puisque tous les détails de la maison sont maintenant sur le site de l’émission.

Merci M. Parent, merci TVA. Et si d’autres participants ont le goût de partager avec nous, n’hésitez pas, nous sommes une bien belle œuvre intergénérationnelle !

— Claire Provost

De tout coeur avec les migrants

L’arrivée massive de ces migrants qui désirent seulement vivre en paix dans le pays qui les accueille, nous touche tous et éveille notre sentiment d’impuissance. Il est réconfortant de faire notre part, si petite soit-elle.

En octobre, six familles d’origine haïtienne furent sélectionnées par le Bureau de la communauté haïtienne de Montréal (BCHM) en raison des besoins familiaux. L’équipe de la MGPV a donc préparé des items convenant par exemple aux âges des enfants tout en laissant une variété, un choix.

Surprise ! La journée fixée pour la cueillette s’avéra assez spéciale puisque les 6 mamans s’amenèrent à 26, femmes, hommes et enfants !

!Vous croyez qu’il y eut débordement ? Et comment ? Être capable de satisfaire tous ces demandeurs, ces enfants en cavale dans les escaliers, le personnel affairé à s’occuper de cette situation. Quelle journée !

Chacun put cependant retourner à la maison avec des vêtements, mais aussi des sourires et une réserve de chaleur humaine. Les mines réjouies étaient nombreuses, les bénévoles et le personnel épuisés, mais tellement satisfaits !

Comme toujours, donner enrichit. Merci de cette générosité.

— Claire Provost

Youpi ! nous avons gagné...

Avez-vous visité les locaux de la Maison des Grands-Parents de Villeray récemment ? Il y a eu du mouvement ! L’organisme a reçu du mobilier de bureau, mais plus encore, une grande table et une gigantesque armoire vitrée pour l’artisanat.

La réception est beaucoup plus accueillante. Dans les bureaux, les employées sont mieux installées pour faire leur travail. Que c’est agréable !

Quels beaux cadeaux nous avons reçus ! Nous remercions deux incroyables donateurs : les Commissionnaires du Canada, pour le mobilier et Lachapelle Logistique, pour la livraison de tout ! Nous apprécions énormément leur parti-cipation à l’amélioration de ce lieu si inclusif qu’est la Maison des Grands-Parents !

— Francine Goyette

Route du lait

La Maison des Grands-Parents a récemment adhéré à la Route du lait de Nourri-Source. De fait, les mamans qui désiraient allaiter chez nous étaient toujours bien accueillies.

– Vous voulez allaiter ?
– Bien sûr !
– Où voulez-vous vous installer ?
– Il y a une belle chaise berçante !
– Voulez-vous un verre d’eau ? ou un thé ?
– Êtes-vous bien ?
– Quel beau bébé !

Officiellement, la Maison des Grands-Parents est devenue membre à part entière d’un circuit de commerces et d’édifices publics amis des bébés allaités et de leurs mères. Cela ne fit qu’officialiser ce que nous étions déjà, les « grands-amis ».

Encore et toujours bienvenue !

— Francine Goyette

Stagiaire

La première fois que je suis venue à la MGPV, je me suis tout de suite sentie accueillie. Tout le monde te dit bonjour, te sourit et te demande qui tu es, parce que si l’on ne t’a jamais vu, tu ne passeras pas inaperçu. J’ai été très surprise de la grandeur de la maison et du nombre de services et d’activités qu’on y offrait. Il y en a vraiment pour tout le monde. Je trouve le principe intergénérationnel tellement beau et innovateur. Il fait en sorte que personne ne soit exclu ou isolé, peu importe son âge.

Pour moi, la MGPV, ce n’est pas juste un milieu de stage ou un endroit pour faire du bénévolat. C’est une maison d’entraide et de partage accessible à tout le monde où l’on peut faire de belles rencontres, où l’on se sent rapidement à notre place et où chacun peut faire la différence dans la vie d’un autre. Toutes les personnes que j’ai rencontrées sont dévouées à la Maison, à son bon fonctionnement et surtout, à donner au suivant dans la communauté en général. Bien que la MGPV soit ouverte à tous, on cherche toujours à donner plus à ceux qui en ont le moins. C’est même souvent ceux qui en ont le moins qui donnent le plus. Je pense qu’il y a des bienfaits pour tous à participer aux activités de la MGPV, à utiliser ses services et à y faire du bénévolat. La MGPV permet de créer des liens et de se sentir important.

Mon stage presque terminé, je peux affirmer avec certitude que je garderai de bons souvenirs des personnes que j’ai rencontrées et de la MGPV. J’y reviendrai probablement un jour, peut-être même… en tant qu’aînée ! Qui sait ?

— Shania Gagné, étudiante en travail social à l’Université de Montréal

Ligne du temps

Et si le récit de vie d’un « Ancien » permettait d’enrichir un cours d’histoire du secondaire ? C’est cette idée hors du commun qui me taraudait depuis plusieurs mois dans ma tête de didacticien de l’histoire et que j’avais décidé de mettre en branle dès le printemps 2017. C’est en collaboration avec Anne Lacasse, enseignante d’histoire au premier cycle au secondaire à l’école Lucien-Pagé qu’un tel projet a pu prendre forme. Mme Lacasse et moi avons élaboré une activité d’apprentissage pour les élèves du cours d’histoire de première secondaire impliquant aussi des bénévoles de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Mme Lacasse a demandé au groupe 140 d’élaborer une ligne du temps en utilisant les événements marquants de la vie d’un retraité, bénévole de la MGPV. La formule retenue est le jumelage d’un bénévole de la MGPV avec une équipe en duo de l’école Lucien-Pagé.

C’est dans le cadre d’une rencontre organisée entre les élèves du groupe de Mme Lacasse et les bénévoles de la MGPV que ces derniers ont présenté sept événements significatifs de leur vie aux équipes de deux de l’école Lucien-Pagé. Cette première rencontre, sous forme d’entretien intime en triade, s’est déroulée le 10 octobre. Les élèves se sont basés sur des critères propres à la discipline historique afin de ne retenir que quatre des sept événements proposés par le bénévole. Il en est résulté la création d’une ligne du temps dans les semaines suivantes où les quatre événements retenus ont été déployés. Le produit fini a été présenté aux bénévoles lors d’une deuxième rencontre le 7 novembre.

Il y avait de multiples objectifs à ce projet afin que le tout soit significatif pour tous les participants. D’abord, mettre à profit la richesse du milieu afin de l’intégrer dans des apprentissages significatifs pour les élèves du secondaire. À mes yeux, le milieu, au sens large, regorge de savoirs de toutes sortes. La MGPV, comme une panoplie d’organismes à Montréal, en constitue un illustre exemple. Ensuite, les élèves devaient développer leur habileté à élaborer une ligne du temps, une technique incontournable dans le cours d’histoire tout au long du secondaire. Ici, les différents événements proposés par les bénévoles se devaient d’être un substitut à ce que présentent normalement les manuels d’histoire en classe. Enfin, tout ce projet se voulait une rencontre intergénérationnelle. À la lumière des commentaires de tous et chacun il semble que les objectifs aient été atteints.

Merci à tous les participants.

— Danny Legault


Fête de Noël

Une grande fête de Noël est organisée, chaque année, par la MGPV. Cette décision, prise par le C. A. et la direction, est là pour permettre aux bénévoles et au personnel de s’amuser tous ensemble, autour d’un bon repas.

Rien n’est jamais négligé pour exprimer à tous ces travailleurs volontaires qui donnent temps et dévouement pour la Maison.

Noël est une fête de partage, de rires, de retrouvailles. Dans chaque famille on célèbre de différentes façons, avec des traditions ou avec des nouveautés. Chacun à sa manière, en solo, en duo ou en groupe, on peut être rétro, actuel ou d’avant-garde.

À la Goélette, le 5 décembre, ce sera un peu tout ça avec musique, jeux, surprises, animation et plus encore ! On a choisi la formule traditionnelle et une ambiance festive autour d’un repas. La bonne humeur doit être au rendez-vous pour pouvoir repartir repus et ravis.

La MGPV est une grande famille avec des membres à la personnalité ou aux goûts différents, mais animés du même désir de soutenir notre chère Maison.

Que l’année qui s’annonce vous apporte des rêves, des projets et la santé pour les réaliser.

— Claire Provost

25e anniversaire
Encore pour notre bonheur de lecture, nous poursuivons la publication
de textes de bénévoles sur leur première fois à la MGPV.

J’ai connu la MGPV grâce à une annonce dans le journal Le Progrès de Villeray. La MGPV y annonçait un atelier d’écriture durant l’été. Mon frère Laurent et moi avons décidé de nous inscrire.

Quelle belle expérience. Nous y avons rencontré des personnes intéressantes, c’est bien là, si je me rappelle bien, que j’ai connu Philippe, et l’animatrice, Cynthia, très professionnelle.

Nous avons, à la fin, écrit des textes qui ont été publiés sous le nom Les aînés racontent. Et c’est à partir de là que je me suis engagée dans l’activité aide aux devoirs, et ensuite au bulletin.

Répondre à une annonce dans un journal de mon quartier m’a permis de passer de très bons moments et de connaître tant de gens sympathiques qui sont devenus des amis.

— Gaétane Maya

Ce siècle avait deux ans

 

Ce siècle avait deux ans, Clémence
Quand, sans réfléchir aux conséquences
Je te proposai de donner mon temps

Aux adolescents et aux enfants
De la Maison des Grands-Parents :
Je commençai le mardi suivant

L’aide aux écoliers d’Hélène-Boullé !
D’où arriva un petit prince déboussolé
Le voici un grand et courageux adolescent

Motivation-Jeunesse la même année !
La classe de Francesca à Victor-Doré !
Et ses petits combattants si attachants

La super-école Charles-Bruneau !
Sandra, Francine et leurs loupiots
Toujours présents par tous les temps

Jeunes en action ! Le jumelage !
Le petit Philippe enfant trop sage
Le voilà grand autonome indépendant

Les camps de jour à chaque été !
Les belles rencontres à chaque année !
Les amitiés au fil des ans depuis quinze ans !

 

Victor Hugo, Les Feuilles d'automne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

— Yves Bernard

Visite en catimini

La Maison des Grands-Parents, j’y pensais depuis quelques années, je savais qu’elle existait pour avoir vu un reportage télé, des grands-parents et des petits enfants jouant ensemble.

Ce quartier de Villeray, le bout du monde pour moi, je décide d’y faire une visite en éclaireur avec, comme prétexte, la friperie.

Je suis entrée, une personne m’a accueillie, j’ai regardé ce qu’offrait la friperie, jeté un œil dans les autres pièces. Je suis partie et revenue au moins deux ans plus tard. Je n’ai jamais regretté !

— Véronique Dorison

Ma première fois à la MGPV

Un matin de septembre 2008, je suis arrivée à la MGPV pour offrir mes services bénévoles auprès des enfants de l’aide aux devoirs. Georgette m’ouvrit la porte et m’accueillit avec son large sourire et son sourire généreux tient encore neuf ans plus tard !

Rencontre avec Clémence, tout se passe bien, je la trouve ouverte et chaleureuse, puis, premier rendez-vous à l’aide aux devoirs, quelle atmosphère amicale et décontractée ! Je fais la connaissance de Jacqueline, France, Nicole, Gaétane et tant d’autres, tous aussi aimables. Décidément, je me sens bien ici, bien acceptée et, sans que nous soyons des amis, nos rapports sont amicaux et fraternels. L’entraide est au centre de cette activité et tout se passe bien.

J’ai accompagné une charmante et timide fillette durant quelques années, et puis, d’autres enfants ont suivi, certains plus espiègles ou agités, mais toujours attachants. La Maison des Grands-Parents est sûrement un endroit particulier, une vraie maison, puisqu’un enfant, un jour, m’a demandé où nous couchions, nous, les grands-parents ! Que de tendresse et de beaux moments partagés !

— Claire Provost

Une bonne décision

Lorsque j’ai décidé de prendre ma retraite, je trouvais que c’était un bon moment pour le faire… Ayant toujours aimé mon travail, je me trouvais mûre pour un changement de voie. Cependant, je savais que je désirais encore m’impliquer socialement et fréquenter des enfants et des jeunes adultes.

Une de mes amies m’a suggéré d’aller visiter la Maison des Grands-Parents que je ne connaissais pas. Après une rencontre avec Clémence, la directrice, et fait le tour de la Maison, j’ai senti que j’avais trouvé ma réponse !

Depuis sept ans déjà, je m’implique à la Maison des Grands-Parents où j’ai trouvé amitié, rencontres intéressantes, liens avec les jeunes et accomplissement personnel.

Ma première visite à la Maison des Grands-Parents a été une des bonnes décisions que j’ai prise… et je ne l’ai jamais regrettée.

— Danielle Paquin

Coin du souvenir

Le dernier café où l’on cause

Objets inanimés avez-vous donc une âme
Qui s’attache à notre âme et la force d'aimer ?
A. de Lamartine

– Eh bien, moi, c’est en 1995, à Paris, au Palais Royal, à la boutique « Les Drapeaux de France », où j’entrai en simple curieux, que tout commença : « Tous ces soldats sont en très mauvais état !    Regardez ce grenadier n’a même pas la bonne tête !  » disait le boutiquier à un père et son fils adolescent qui tenait une boîte de carton remplie de soldats de plomb pêle-mêle. « Je ne peux vous offrir plus ! » L’homme sembla désespéré et regarda son fils qui haussa les épaules sans rien dire. Témoin de cette comédie de fourberie et de déception, je me cru revenu 50 ans en arrière à ce Noël de mes 8 ans où comme à son habitude, mon parrain me donna cette année-là un cadeau brisé et sans valeur ! Dans une boîte de carton aplatie je découvris une rangée de soldats de plomb sans leur tête !

– Comme des sardines dans leur boîte de fer-blanc ?

– Ou comme ces statues de la Galerie des Rois de la façade de Notre-Dame de Paris au lendemain de la Révolution française ?

– Ou comme sainte Valérie, vierge et martyre, décapitée, présentant sa tête à saint Martial, son évêque, pour qu’il la lui recolle ?

– Euh oui, c’est ça ! Mon parrain feignit l’étonnement et dit : « C’est pas grave ! Tu peux recoller les têtes avec des bouttes d’allumettes ! » Ainsi c’est en mémoire de ce trop radin parrain que je commençai à collectionner ces petits jouets d’un autre âge ! Mais je vous ai peut-être déjà raconté cette histoire ?

– Mais non, mais oui mais non ! C’est seulement la dixième fois !

– On s’en lasse jamais !

– C’est toujours la première fois !

— Yves Bernard

Préparez vos crayons !

Nous faisons appel à vous pour nous faire parvenir vos textes, quelques mots, quelques phrases ou quelques paragraphes pour nous dire votre première fois à la MGPV. Qui vous a amené ici ? Qui vous a fait connaître cette maison ? Qu’est-ce que la maison vous a apporté ? Que souhaitez-vous pour les prochaines années ?

Pourquoi on vous demande d’écrire ? Parce que nos bénévoles sont utiles et essentiels à la MGPV.

Sortez votre Anaïs Barbeau Lavalette intérieure et racontez-nous ce chapitre de votre vie.

Nous attendons vos écrits impatiemment et le plus vite possible ! Vaut mieux tôt que tard !

Vous les remettez à Jocelyne au secrétariat, par courriel ou en mains propres.

— Claire Provost

À noter à votre agenda

Horaire des fêtes
Pour la période des fêtes, la Maison sera fermée
du jeudi 21 décembre 2017 au vendredi 5 janvier 2018.

Nous serons de retour le lundi 8 janvier.