La Maison des Grands-Parents de Villeray

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mémoire collective

Le bulletin Mémoire collective est une publication trimestrielle qui a pour but d'informer et de divertir les membres et l'entourage de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Normalement publié en format papier et distribué gratuitement par la poste régulière, le bulletin est également disponible dans internet en version abrégée. Vous pouvez vous procurer la version papier du bulletin Mémoire collective, en communiquant avec nous par téléphone ou par courriel. Nous sommes également en constante recherche de textes à publier; alors si vous êtes intéressés, remplissez le formulaire « À vos plumes ».

Novembre - décembre 2010

Le billet
Pour devenir de meilleures personnes
L’approche de la période des Fêtes - période de réjouissances - une nouvelle année qui s’annonce, est souvent l’occasion de prendre le temps de s’arrêter pour réfléchir à nos valeurs, nos relations, nos engagements, nos priorités, nos actions. À quoi sert tout cela ? Si ce n’est pas pour nous aider à devenir de meilleures personnes pour notre entourage et pour nous-même. Alors, cette année quel sera le résultat de nos réflexions et de nos actions qui en découleront ?

Il y a tant à faire pour aider à ce que notre société soit meilleure, pour améliorer les conditions de vie des plus démunis, des familles. Même si ce n’est que pour soulager quelque peu des personnes vivant dans des conditions de pauvreté, dans la détresse et l’isolement.

Au risque de vous faire la morale, j’ose ici vous poser et me poser la question suivante : prenons-nous suffisamment le temps de faire certains gestes ou actions qui peuvent faire toute la différence dans la vie de plusieurs personnes ? Par exemple, sourire et dire bonjour aux personnes que l’on croise peu importe l’endroit et les circonstances, et surtout à celles qui semblent les plus seules, les plus tristes. Accueillir et s’intéresser à ce que vivent et pensent les jeunes malgré parfois leur nonchalance qui bien souvent cache diverses difficultés. Écouter sans jugement une personne qui a tout simplement besoin d’une oreille attentive. Dans un autre ordre d’idée, appuyer un groupe, un organisme dans des actions de revendication pour une meilleure justice sociale même si nous ne sommes pas directement concernés par le sujet. Par exemple, signer une pétition, transmettre l’information. À nous d’être attentifs aux occasions de faire ces gestes qui comptent.

Je vous souhaite de passer un beau temps des Fêtes en famille et entre amis, de profiter de cette occasion pour offrir en cadeaux des gestes d’amour.

— Clémence Racine

 

Image de plumes et encrier
À vos plumes !
Afin d’enrichir notre bulletin, nous vous invitons à nous proposer des textes, notamment sous les rubriques suivantes :

Un brin de poésie
La poésie adoucit les cœurs et procure un mieux-être. Si vous désirez apporter votre contribution, nous vous invitons à nous proposer vos poésies ou celles d’auteurs connus.
Place aux bénévoles
Cette nouvelle rubrique s’adresse aux bénévoles qui désirent écrire un texte témoignant des actions et des relations intergénérationnelles au cœur de La Maison des Grands-Parents de Villeray. L’invitation est lancée à tous les bénévoles.
Le coin du souvenir
Vous aimeriez partager un souvenir de votre enfance ou de votre jeunesse ? Écrivez-nous un texte correspondant à une page du bulletin. Les plus jeunes générations ont plaisir à découvrir l’histoire des aînés.
Place aux jeunes générations
Cette rubrique a pour objectif de permettre aux jeunes générations de s’exprimer sur différents sujets soit de façon autonome ou à travers des projets scolaires ou communautaires. Les aînés désirent connaître des jeunes leurs valeurs, leurs opinions et leurs intérêts.
Témoignage
Il est toujours intéressant et enrichissant de lire des témoignages soit de membres, de participants ou de collaborateurs qui nous expriment leur appréciation d’une activité ou d’une action, qui les a particulièrement touchés ici à La Maison des Grands-Parents de Villeray.

Nous attendons vos textes avec grand intérêt, alors n'hésitez pas à remplir le formulaire « À vos plumes! ». La date de tombée pour nous soumettre vos textes est le vendredi 7 janvier 2011.

Les nouvelles MGPV
Bouger, s’amuser et s’informer… du CSSS du Cœur-de-l’Île
C’est avec plaisir que La Maison des Grands-Parents de Villeray a répondu à l’invitation du CSSS du Coeur-de l’Ile pour participer à une rencontre pour toute la famille qui a eu lieu le samedi 23 octobre dernier au Patro Le Prévost. Des aînés de la Maison étaient présents pour rencontrer les participants et faire connaître nos activités intergénérationnelles. De plus, nous avons offert un atelier de sculpture de crudités pour les enfants, Le festin de Cru-Cru.

— Clémence Racine

Le festin de Cru-Cru
Un autre festin de Cru-Cru eut lieu, cette fois-ci au Patro. On nous avait offert la salle de l’Ange-Aimé, le petit resto, à l’écart du gymnase où se tenaient les kiosques et bon nombre des activités. À quelques jours de l’Halloween, nous avions apporté, en plus des fruits de saison, une quarantaine de petites citrouilles. Nous devions tenir l’activité de une à trois heures. À deux, nous n’avions vu que trois ou quatre enfants. Mais après ! oh ! les gamins arrivaient, nos deux tables étaient pleines, et les six bénévoles ne savaient plus où donner de la tête ! Les petites citrouilles s’avérèrent plus coriaces à couper que les grosses, il était dur d’y piquer les cure-dents, mais elles eurent un grand succès et toutes trouvèrent leur enfant ! Chacun repartait avec sa création.

Une fillette avait mangé tous les grains de raisin dont elle avait orné sa citrouille. « Comment avez-vous fait ? demanda la maman. J’essaie de lui en faire manger. Elle n’en veut pas. » Nous lui en donnâmes d’autres lorsqu’elle repartit, les yeux brillants. Peut-être aujourd’hui mange-t-elle du raisin !

Et ce n’est que vers quatre heures et demie que nous pûmes enfin ranger planches et couteaux, il ne restait que quelques pommes et deux ou trois poires. Une belle après-midi. Et je remercie les bénévoles qui ont donné avec grâce et sourire temps et patience.

— Philippe Trolliet

Formation en informatique au CACI
Je m’appelle Mélanie et je suis stagiaire en animation de milieu au Centre d’Accès Communautaire Internet (CACI) de La Maison des Grands-Parents de Villeray dans le cadre du Programme Accès Communautaire—Initiative Jeunesse (PAC-IJ) d’Industrie Canada. Mon rôle : offrir des formations dans le CACI au deuxième étage de cette belle maison. L’objectif du programme est de favoriser un accès aux nouvelles technologies à ceux qui en sont potentiellement exclus. L’Internet et l’utilisation de l’ordinateur sont devenus très présents dans la vie de tous les jours ; le programme vise à inclure la communauté dans le mouvement grandissant des technologies de l’information. Comment ça fonctionne ? Je suis présente dans le CACI tous les lundis et mardis pour offrir des formations individualisées selon vos besoins. Vous avez envie d’apprendre à faire de la mise en page ou d’écrire à l’ordinateur ? Vous avez des questions ou vous avez besoin d’aide pour naviguer sur Internet ? Vous voulez ouvrir une boîte courriel pour communiquer avec vos proches qui habitent au loin ? Eh bien, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec moi. J’aime beaucoup rencontrer des gens et les aider comme je peux. Le programme PAC-IJ me permet de connaître La Maison des Grands-Parents de Villeray et toutes les personnes qui la fréquentent. D’autant plus qu’en offrant de la formation aux autres, je n’arrête pas d’apprendre. Au plaisir !

— Mélanie Léger

Bazar automnal
Grâce à un beau travail d’équipe, sous la responsabilité de nos deux fidèles fripières Jacqueline Giguère et Fleurette Carrière, le bazar fut une belle réussite. Dans une atmosphère de plaisir et d’échanges, les nouveaux visiteurs, tout comme les habitués de la friperie, ont été accueillis par les bénévoles toujours prêtes à aider. Au-delà de l’objectif de financement, le bazar demeure un moment important pour accueillir de nouvelles personnes. Un gros merci à tous ceux et celles qui ont contribué au succès du bazar.

— Clémence Racine

Un site Web plus dynamique
En 2005, grâce à l’implication bénévole de Benoît Desrochers, la Maison s’est dotée d’un site Web qui nous a permis d’être présent sur la toile Internet, mais sans plus. Toutefois, il devenait de plus en plus urgent de l’actualiser et de le rendre dynamique et interactif. Encore une fois, Benoît a répondu avec beaucoup d’enthousiasme à nos besoins. Une visite sur notre nouveau site vous permettra de constater toute la richesse de l’information. En un clic ou deux vous pourrez nous transmettre vos commentaires, vos questions et même vos textes pour le bulletin « Mémoire collective ». Je vous invite aussi à suivre les activités de La Maison des Grands-Parents de Villeray à travers notre site.

Nous tenons à remercier Benoît non seulement pour son travail très professionnel dans la construction du site, mais aussi pour son apport très précieux au niveau du soutien dans nos apprentissages afin d’assurer la mise à jour du site.

— Clémence Racine

Promotion de Soutien Famille
Le 7 octobre dernier, Espace-Famille Villeray et le CSSS du Cœur– de-l’Ile organisaient une « Journée de l’allaitement » au Centre de loisirs communautaires Lajeunesse. Lors de cette activité, la Maison a installé une table d’information avec documentation. Cette journée a permis de faire connaître les activités de la Maison et de recruter de nouvelles participantes pour les café-rencontres, l’artisanat et les cuisines collectives. Chaque année, plusieurs nouvelles mamans se joignent au groupe Soutien famille à la suite de cette journée. Le mini baby-boom du quartier Villeray engendre une plus grande demande pour un lieu et un moment où les mamans peuvent se retrouver et discuter entre elles de leur nouveau rôle. A travers ses différentes activités, la Maison souhaite offrir un lieu et une occasion aux jeunes familles de Villeray de créer de nouvelles amitiés et des liens intergénérationnels. Elles prendront un café, cuisineront un plat familial ou apprendront le tricot pendant que des bénévoles s’occuperont des petits.

— Monique Jefford

Les artisanes du tricot vous invitent
Vous êtes une grand-maman aux doigts habiles ? Vous faites un peu de tricot, de crochet ou même de la broderie, vous avez besoin de conseils en couture ? Vous êtes une jeune femme ou une nouvelle maman et avez le goût d’apprendre ou de pratiquer un peu le tricot? Quelques grands-mamans vous invitent à vous joindre à elles à La Maison des Grands-Parents de Villeray, chaque mardi de 13 h à 15 h. Vous avez un jeune bébé ? Aucun problème; d’autres grands-mamans se font un plaisir de les garder pendant l’atelier. Bienvenue ! C’est plus rigolo en groupe que seule chez soi.

— Gervaise Gingras

Des aînés rencontrent les élèves de Georges-Vanier
Le mardi 2 novembre dernier, des aînés de la Maison étaient présents à la journée « Le goût de vivre… dans mon quartier », organisée par l’école secondaire Georges-Vanier. Cette activité avait pour objectif de faire connaître aux jeunes des organismes qui peuvent leur offrir diverses activités ou leur venir en aide. À tour de rôle, tout au long de la journée, les classes circulaient dans la place centrale où les organismes étaient installés pour rencontrer les jeunes. Un sourire, un « Bonjour ! Connais-tu la Maison des Grands-Parents de Villeray ? » et voilà, le premier contact est fait… Les jeunes ont apprécié l’approche chaleureuse des aînés. Notre présence dans les écoles est importante pour rejoindre les jeunes et, par le fait même, mieux les connaître dans leur environnement.

— Clémence Racine

Brunch intergénérationnel
Toujours dans la tradition de nos brunchs thématiques, le dimanche 14 novembre plus d’une vingtaine de personnes ont échangé sur le thème « Vieillir heureux ». Aussi, la vidéo Vieillir heureux, illustrant le dynamisme d’aînés de la Maison des aînés Hochelaga-Maisonneuve a été présentée. Nous avons demandé aux participants de nous écrire un petit mot sur : Vieillir heureux, selon vous, c’est… Les réponses étaient très stimulantes.

— Danielle Paquin

Place aux bénévoles
Témoignage de reconnaissance
La Maison des Grand-Parents de Villeray m’a donné confiance en moi. J’ai appris à me connaître. Merci à tous les bénévoles. L’accueil que j’ai reçu a rempli le vide en moi. Merci à vous. Je suis fière d’appartenir à cette belle famille.

— Huguette Saint-Louis

Une grand-maman à sa petite-fille
Belle Gabrielle chérie, je vais te raconter une histoire… si tu veux bien. Il était une fois une petite-fille et sa grand-maman qui s’aimaient tendrement. Elles vivaient dans une hutte au fond de la forêt. Un soir un loup déguisé en chaperon rouge cogna, toc toc toc... Non , ce n’est pas la bonne histoire, excuse-moi. Je recommence. Il était une fois une petite-fille et sa grand-maman qui s’aimaient beaucoup. Elles avaient décidé de s’offrir un beau foulard en laine pour Noël. Le foulard tricoté par Gabrielle était magnifique et grand-maman le porte chaque jour avec amour. Hélas, pauvre grand-maman, une méchante fée était venue à sa naissance lui jeter un mauvais sort. « Tu auras des doigts qui ne sauront ni bien tricoter ni bien coudre, tu ne sauras que bricoler, dessiner et faire des collages. » Alors, lorsque grand-maman commença le foulard pour sa petite-fille chérie, le mauvais sort opéra et s’acharna sur elle. Hélas ! le foulard avait plein de petits noeuds pas jolis. Quel désastre ! Une année passa et grand-maman ne parvenait pas à finir le foulard pour sa petite-fille.

Un jour, une gentille fée nommée Véronique apparut près de grand-maman éplorée. « Si tu veux, je vais réaliser ton rêve et faire le foulard que tu désires tant terminer et offrir à ta petite-fille. » Mais ce foulard avait un sort, même fée Véronique dût le recommencer trois fois, chercher dans trois boutiques différentes la bonne laine. Mais enfin, grâce à Véronique, ce foulard est terminé et plus que joli, il représente l'amitié, l'entraide et tout l'amour que j'ai pour toi.

— Grand-maman Danielle

Ma première visite au marché Jean-Talon
Lorsque nous étions enfants, mon frère, ma sœur et moi visitions, en compagnie de nos parents, différents quartiers de la ville. Au cours d’une de ces excursions, nous sommes allés au marché Jean-Talon. Cette première visite fut marquante. Dès notre arrivée, nous avons été témoins d’une scène que je n’oublierai jamais...

Debout devant l’étal du boucher qui vante ses volailles d’une voix grave, une femme trapue et rondelette, vêtue d’une robe noire, les cheveux gris tirés en chignon sur la nuque, pointe un des poulets qui se bousculent dans une cage trop étroite. Le boucher plonge son bras dans la cage, saisit un poulet par les pattes, l’exhibe fièrement pour que tous ceux qui attendent d’être servis en apprécient la qualité et la fraîcheur.

Dès qu’il reçoit l’approbation de la dame, à ma grande stupéfaction, il tord d’un coup sec le cou du poulet. Il l’étend ensuite sur la table pour le plumer, sans hésitation et avec aisance, comme s’il sortait les plumes d’un oreiller. Je suis fascinée. Mon père me conseille de fermer la bouche pour éviter d’avaler une des touffes de duvet qui flottent autour de nous.

Le boucher tend une main sale vers la cliente pour recevoir l’argent dû et lui remet son achat. Heureuse de son acquisition semble-t-il, la vieille dame repart d’un pas dansant, tenant par les pattes le poulet maintenant tout nu et dont la tête dodeline au bout d’un long cou maigre. Pour la petite citadine que je suis, cette scène restera à jamais imprégnée dans ma mémoire.

Nous poursuivons, au milieu d’une foule bigarrée, notre visite du marché qui nous révèle ses fruits et ses légumes multicolores, ses poissons étranges aux écailles luisantes, ses pains et ses brioches odorants. Malgré la scène du poulet au cou tordu, je suis irrémédiablement séduite par l’exotisme de cet univers et le charme de sa population. C’est sans doute cette fascination pour ses couleurs, ses odeurs et sa vitalité qui me ramène si souvent au marché. Sans compter la gourmandise, évidemment…!

— Nicole Cyr

Chanson ancienne
Chansons oubliées et… une belle histoire

Dans la famille de ma mère, lors des fêtes de famille, il y avait toujours un moment où chacun y allait de son « petit numéro » et chacun reprenait année après année le même numéro, au grand plaisir de tous.

Ma mère, décédée le 27 mars 2008, à l’âge de 93 ans et 50 semaines, avait ses deux pièces favorites : Chanson pour ma brune de Toni Rossi et Le Ver Luisant.  Or, je n’avais jamais entendu cette dernière, sauf chantée par maman.  Je me demandais même si c’était là le bon titre de la chanson. Un jour, je l’ai entendu à la radio pour la première fois et j’ai fait des recherches pour la retracer bien que la version entendue n’était pas chantée.  Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre que cette pièce faisait partie du catalogue de celles jouées par les musiciens sur les bateaux de la compagnie White Star Line, dont le fameux Titanic.  Elle fait d’ailleurs partie d’un CD intitulé And the Band played on, Music played on the Titanic, performed by I Salonisti et elle est du compositeur allemand Lincke. Mais s’agissait-il vraiment de la même chanson ?

J’ai donc poursuivi mes recherches et, au hasard d’une conversation avec le cousin de ma mère, je mentionne que je suis à la recherche des paroles et du titre de cette pièce. Mon petit cousin me suggère alors de chercher du côté des albums de La Bonne Chanson, puisqu’il se souvient l’avoir déjà chantée lorsqu’il était enfant et membre d’un chœur de chant où le directeur musical puisait dans ce répertoire.  Nouvelle recherche pour trouver ces albums et peut-être cette pièce.  Et c’est ainsi qu’il y a quelques semaines, à mon grand étonnement, j’ai trouvé, dans le huitième volume de La Bonne Chanson de l’abbé P.-E. Gadbois cette chanson : Le Ver Luisant que je vous offre, en hommage à ma mère, Lucille Spénard.

— Marité Perron

 Note : Le Ver luisant est la larve ou la femelle du lampyre. Il ne vole pas. Il est parfois confondu avec la luciole, ou mouche à feu.

Le Ver Luisant

Quand la nuit vient lentement
La nuit vient lentement
En forêt brune
Les amoureux vont rêvant
Le coeur tout palpitant
Au clair de lune
Et soudain l'on voit jaillir
Sous leurs pas cadencés
Mille étincelles
Les vers luisants effrayés
Commencent à s'enfuir
À tire d'ailes

Refrain
    Dans le vallon l'écho répond
    Mille chansons d'amour
    L'air embaumé vient répéter
    Les serments échangés
    Et dans les cieux l'étoile
    Semble vous dire : aimez !
    Le parfum des fleurs vous enivre
    C'est le printemps, c'est la vie
    Et dans les cieux l'étoile
    Semble vous dire : aimez !
    Le parfum des fleurs vous enivre
    C'est la vie !

Mais voilà que le jour vient
La rosée du matin
Couvre la plaine
Le silence de la nuit
A fait place aux chansons
Des tourterelles
Les oiseaux quittent leurs nids
Pour se dire à leur tour
De douces choses
Le ver luisant disparaît
Mais à sa place vient
La joie rose

Refrain

Paroles : Auguste Aramini
Musique : Paul Lincke

À noter à votre agenda
« Soulager la faim, nourrir l’espoir »
À l’approche des fêtes, le Magasin-Partage Villeray représente une alternative aux paniers de Noël. Cette alternative permet aux personnes à faible revenu de sillonner les allées du magasin, souvent en compagnie de membres de leur famille, et de pouvoir ainsi retrouver la possibilité de magasiner… « comme tout le monde »… Ces personnes auront alors à débourser 10 % du coût total de leurs achats.

Pour accueillir plus de 750 familles, le Magasin-Partage Villeray a besoin de votre collaboration.

Implication bénévole : Vous pouvez vous impliquer lors de la tenue du Magasin-Partage les 17, 18 et 19 décembre 2010. Pour plus d’information, communiquer avec Marie-Noëlle Renaud au 514-376-4141, poste 4205.

Don de denrées
Nous vous invitons également à apporter à La Maison des Grands-Parents de Villeray, au plus tard le 14 décembre 2010, des denrées non périssables, de l’argent et des jouets en bon état. Cela égayera le Noël de familles qui connaissent des difficultés financières.
Dîner spaghetti au profit du Magasin-Partage Villeray :
Le 2 décembre entre 11 h 30 et 13 h 30, au coût de 12$, au sous-sol de l’église Notre-Dame-du-Rosaire, coin Villeray et Saint-Hubert. Merci de votre contribution !
Chanter pour chanter
N’oubliez pas de vous inscrire au groupe de chant. L’activité a lieu tous les jeudis de 15 h à 16 h 30 à La Maison des Grands-Parents de Villeray. Bienvenue à tous, dames et messieurs de tout âge. Invitation aux enfants 8 ans + à se joindre au groupe à 15 h 30. On s’inscrit par téléphone au 514-383-9108.

Image de chorale