La Maison des Grands-Parents de Villeray

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mémoire collective

Le bulletin Mémoire collective est une publication trimestrielle qui a pour but d'informer et de divertir les membres et l'entourage de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Normalement publié en format papier et distribué gratuitement par la poste régulière, le bulletin est également disponible dans internet en version abrégée. Vous pouvez vous procurer la version papier du bulletin Mémoire collective, en communiquant avec nous par téléphone ou par courriel. Nous sommes également en constante recherche de textes à publier; alors si vous êtes intéressés, remplissez le formulaire « À vos plumes ».

septembre - octobre 2011

Le billet
Une rentrée bien remplie
Nous avons eu un super bel été favorable aux activités extérieures. Le beau temps se poursuit malgré une température plus froide le matin qui nous oblige à penser que l’automne est bien arrivé. Après les vacances, c’est le retour de plusieurs activités que certains attendent avec impatience, sans compter le plaisir de se revoir.

Cette année, nous poursuivons l’ensemble de nos activités avec quelques petites nouveautés. Pour ce qui est du Chant intergénérationnel, Marc-André Lepage, directeur de chant, a choisi de se retirer et de s’investir dans d’autres projets. Nous le remercions pour son travail et lui souhaitons bonne chance. Nous accueillons donc François Dubé, directeur de chant, et Olivia Musat, pianiste qui assumeront la continuité de cette activité pour le plaisir de chanter en groupe.

Par ailleurs, nos efforts et nos actions pour rejoindre davantage d’adolescents, qui pourraient bénéficier de l’aide et de l’expérience des aînés, ont permis de consolider nos liens de collaboration avec des intervenants du Centre Jeunesse de Montréal. Ainsi des jumelages ados/aînés permettront à des jeunes de 16-17 ans de mieux s’outiller pour entrer dans leur vie d’adulte.

L’heure du conte est devenue si populaire auprès des garderies, CPE, parents et grands-parents, que nous avons ajouté une deuxième rencontre mensuelle. Nous pouvons croire que cette activité répond très bien à l’objectif de donner le goût à la lecture aux enfants.

Si nous pouvons offrir autant de services ou d’activités, et ce, dans un milieu de vie favorable à l’entraide, au partage et à l’apprentissage, c’est grâce à l’implication bénévole de personnes qui croient malgré tout que leur accueil, leur expérience, leur effort et leur disponibilité peuvent faire une différence pour le mieux-être de leur communauté. Et ce qu’il y a de remarquable, c’est que ces valeurs d’entraide et de partage se retrouvent aussi chez les plus jeunes générations qui choisissent de s’impliquer elles aussi à leur façon pour contribuer au développement d’une meilleure société.

— Clémence Racine

 

Image de plumes et encrier
À vos plumes !
Afin d’enrichir notre bulletin, nous vous invitons à nous proposer des textes, notamment sous les rubriques suivantes :

Un brin de poésie
La poésie adoucit les cœurs et procure un mieux-être. Si vous désirez apporter votre contribution, nous vous invitons à nous proposer vos poésies ou celles d’auteurs connus.
Place aux bénévoles
Cette nouvelle rubrique s’adresse aux bénévoles qui désirent écrire un texte témoignant des actions et des relations intergénérationnelles au cœur de La Maison des Grands-Parents de Villeray. L’invitation est lancée à tous les bénévoles.
Le coin du souvenir
Vous aimeriez partager un souvenir de votre enfance ou de votre jeunesse ? Écrivez-nous un texte correspondant à une page du bulletin. Les plus jeunes générations ont plaisir à découvrir l’histoire des aînés.
Place aux jeunes générations
Cette rubrique a pour objectif de permettre aux jeunes générations de s’exprimer sur différents sujets soit de façon autonome ou à travers des projets scolaires ou communautaires. Les aînés désirent connaître des jeunes leurs valeurs, leurs opinions et leurs intérêts.
Témoignage
Il est toujours intéressant et enrichissant de lire des témoignages soit de membres, de participants ou de collaborateurs qui nous expriment leur appréciation d’une activité ou d’une action, qui les a particulièrement touchés ici à La Maison des Grands-Parents de Villeray.

Nous attendons vos textes avec grand intérêt, alors n'hésitez pas à remplir le formulaire « À vos plumes! ». La date de tombée pour nous soumettre vos textes est le vendredi 21 octobre 2011.

Les nouvelles MGPV
Assemblée générale annuelle 2010-2011
Le 15 juin dernier se tenait l’assemblée générale annuelle à la MGPV. En présence d’une quarantaine de participants, les membres du Conseil et la directrice ont, entre autres, présenté le bilan des activités 2010-2011 de la maison de même que celui de ses activités financières pour cette même période.

Les élections ont vu arriver au Conseil une nouvelle membre, Danielle Paquin, et deux membres ont été réélus. Des remerciements ont été faits à France Simard qui se retirait du Conseil après deux mandats. D’autre part, Pierre Sicotte, qui était président du Conseil depuis 2003, a passé le flambeau à Claude Vigneault, lui-même membre du Conseil depuis 12 ans. Nous tenons ici à remercier Monsieur Sicotte pour le dynamisme et le dévouement dont il a fait preuve au cours de son mandat à la présidence. Voici donc la composition du C. A. 2011-2012 :

Claude Vigneault président
Lucille Girard vice-présidente
Marité Perron trésorière
Frédéric Shapiro secrétaire
Annie Bourque  
Annie Carbonneau  
Danielle Paquin  
Pierre Sicotte  
Philippe Trolliet  

— Nicole Cyr

Activités d’été des enfants

L’été dernier, les enfants n’ont pas manqué d’égayer la maison de leurs rires et de leurs jeux. Et ce ne sont pas les activités qui ont manqué ! Il y eut, oui, les gamins des camps de jour du Centre Lajeunesse, qui vinrent chaque semaine. Ils étaient une douzaine, parfois une quinzaine. Des contes, du bricolage, avec les plus petits, et puis, le jardinage, où, avec l’aide de Magdouda, animatrice des jardins collectifs, ils apprirent à travailler la terre et repartirent chacun avec un plant de basilic dans un petit pot ; l’activité « photo » revint pour une deuxième année avec les plus grands prenant des photos et se prenant en photo avec de vieux appareils, apportés par les bénévoles et chargés avec de la pellicule noir et blanc. Et s’il y eut bien des images floues, des visages à demi hors-cadre, certains réussirent de très beaux portraits. 

Camp de jour - activité photo Camp de jour photo
 Là, Mariana. Et, plus loin, Elias. En action !

La dernière activité avec les jeunes des camps de jour fut le festin de Cru-Cru, alors que les mômes créent de petits personnages en utilisant toutes sortes de fruits de saison, de légumes aussi, et qu’à la fin ils dévorent ! Ce fut encore un très bel été !

Il y eut aussi, au début de juillet, l’invitation à visiter l’exposition de robots qui se tenait dans la salle de la Maison de la culture, au centre William-Hingston, à Parc-Extension. L’on y alla avec une demi-douzaine d’enfants venant à l’Aide aux devoirs. À pied, traversant le parc Jarry. Là, le jeune artiste, Éric Nadeau, nous fit faire le tour, nous expliquant chacun des robots fait avec des pièces trouvées sur les trottoirs. Les jeunes s’émerveillaient de reconnaître là un vieux téléphone, ici une cloche d’école ! Puis ils furent invités à concevoir leur propre robot. De grandes feuilles étalées sur une plate-forme basse, de grands casiers de plastique emplis d’objets hétéroclites, et allez-y ! Même un des bénévoles s’y essaya ! Chacun de ces robots était photographié, et l’image irait rejoindre celles déjà faites et affichées dans un coin de l’expo.

Par ailleurs, il y eut, pour une première fois, une activité avec des enfants du camp de jour de Kouzin Kouzine, fondé à Saint-Michel par la Maison d’Haïti, et qui accueille des enfants d’immigrants. Ils étaient une quinzaine là aussi. Et à eux aussi l’on lut des histoires, puis l’on fit du bricolage, et ils mangèrent avant de repartir. Les reverrons-nous l’an prochain ? C’est à espérer, ils furent charmants !

— Philippe Trolliet

 Visite des jardins
La terrasse de la maison des grands-parents accueille cette année encore un des jardins collectifs du quartier, où l’on cultive, dans des bacs, des tomates, des aubergines, des poivrons et d’autres légumes. L’on s’y occupe aussi des fleurs qui ornent cette terrasse. Et, depuis quelques années, le « Cœur des sciences » de l’UQÀM organise des visites annuelles des jardins collectifs du quartier, incluant bien sûr celui de la maison. Ils vinrent les 20, 25, 27 août et 8 septembre, pas loin chaque fois d’une trentaine de visiteurs. Et un bénévole était là pour les accueillir.

Et, cette année, nous eûmes la surprise, le mercredi 24 août, dans l’après-midi, de voir apparaître une cohorte de visiteurs ! C’était des participants au congrès sur l’écologie urbaine qui se tenait cette semaine-là à Montréal. Des gens venus d’un peu tous les coins du monde. En parlant avec quelques-uns d’entre eux, cela me permit de faire connaître la maison et son engagement intergénérationnel.

— Philippe Trolliet

5 à 7 de la rentrée
Le 5 à 7 de la rentrée est devenu un rendez-vous à ne pas manquer. Bien que la maison demeure ouverte pendant la période estivale, où des aînés reçoivent, entre autres, des jeunes des camps d’été du Centre de loisirs Lajeunesse, cette rencontre marque le retour des activités régulières. C’est aussi pour les nouveaux ou futurs bénévoles une occasion de connaître l’équipe de la maison. Une des participantes nous parle de l’atmosphère qui y régnait…

— Clémence Racine

Le mercredi soir 14 septembre. Comme les épis de blé doré, les sourires des aînés ondulent dans le salon. C’est le plaisir des amitiés retrouvées, le retour aux activités d’automne. Dehors, l’air froid chasse doucement la chaleur estivale. Mais l’ambiance des vacances s’est faufilée à l’intérieur de la maison des grands-parents. Et c’est dans une atmosphère chaleureuse, quoiqu’un peu dissipée, qu’elle ouvre ses portes sur une nouvelle année…

— Marie St-Gelais

Projet jumelage Centre Jeunesse de Montréal
Depuis un peu plus de deux ans, La Maison des Grands-Parents de Villeray travaille à développer un partenariat avec l’équipe du quartier du Centre Jeunesse de Montréal afin de rejoindre et aider des adolescents isolés et vulnérables. Des rencontres avec des bénévoles aînés et des intervenants nous ont permis de préciser les objectifs et les balises de cette activité. L’expérience des quelques tentatives de jumelage nous a aussi aidés à préciser le rôle des aînés et le type de collaboration de l’équipe Centre Jeunesse. Le texte qui suit est le témoignage d’une des bénévoles de cette activité.

— Clémence Racine

Le 15 juillet dernier une activité ados/aînés relançait le projet de jumelage. Deux bénévoles, une animatrice des cuisines collectives de la Maison de quartier Villeray et deux jeunes filles ont participé à une activité « cuisine » en commun. Elles ont concocté une savoureuse lasagne dont elles étaient très fières. Elles ont même pu en apporter une partie pour le souper des jeunes filles d’un des centres d’hébergement des Centres Jeunesse de Montréal où loge une des jeunes participantes. Cette activité vise à favoriser un rapport positif entre des aînés et de jeunes adolescents se préparant à la vie adulte. Amitié, valorisation, plaisir partagé sont quelques-uns des buts visés par ce projet. Une activité à refaire !

— Danielle Paquin

 De Castelnau piétonne
Pour une première année, le dimanche 18 septembre de 10 h à 16 h, la rue de Castelnau, entre de Gaspé et Henri-Julien, était fermée à la circulation automobile pour donner place à diverses activités. Au rendez-vous yoga, jeux, musique, parcours créatif, pique-nique collectif et kiosques d’organismes du quartier dont celui de la MGPV. Organisé par le Projet de transport actif à Villeray (Q21) et Villeray en transition, cette rencontre se voulait festive et rassembleuse. Ce fut un succès !

— Clémence Racine

 Fête populaire au parc Villeray
Comme à chaque année, en septembre, c’est aussi la rentrée pour le milieu communautaire. Nous avons participé, le samedi 17 septembre, à la fête populaire « À Villeray, luttes diverses, un quartier uni » organisée par le Conseil communautaire Solidarités Villeray. Notre table de présentation, baignée de soleil, était garnie de ballons, de photos et de dépliants décrivant nos services. Il y a eu un va-et-vient incessant tout au cours de l’après-midi.

Gaétane Maya et moi avons accueilli de jeunes parents avec enfants qui découvraient Soutien Famille, activité si populaire auprès des jeunes mamans, la Friperie, la présence de grands-parents accueillants. Des adolescentes, toutes souriantes et dynamiques, étaient heureuses d’apprendre qu’elles pouvaient offrir leurs services comme bénévoles. D’anciennes élèves à qui nous avions dispensé l’Aide aux devoirs disaient s’ennuyer de la maison des grands-parents. Des personnes âgées ont découvert avec plaisir un lieu où elles seraient bien accueillies. Nous avons donc fait connaître un peu plus les actions de la maison. Encore une fois, notre implication a été bien récompensée.

— Nicole Cyr

Cette année encore, l’atelier le Festin de Cru-Cru eut un succès phénoménal. Près de deux cents enfants se pressèrent autour des tables, afin de créer leurs figurines avec pommes, poires, raisins, fraises, cerises de terre, mais aussi choux-fleurs, concombres, radis. Le succès fut tel que nous manquâmes de fruits, mais  heureu-sement, le CLSC, qui avait une caisse de pommes, nous en offrit généreusement. Une petite anecdote. Il était à peine une heure passée, une fillette dans un fauteuil roulant s’approcha à une dizaine de mètres. Nous l’invitâmes. Elle fit demi-tour. Plus tard, elle était de retour, et la distance avait diminué. Mais là encore elle n’osa. La troisième fois, elle arriva, toute timide. « Je peux ? » On lui fit place. Et elle repartit les yeux brillants, dans une main son œuvre, de l’autre maniant le joystick de son véhicule. Et vers trois heures, elle nous revint. « Je pourrais encore ? » Le bonheur !

— Philippe Trolliet

Place aux jeunes générations
L’autisme, connaissez-vous ?
Bonjour ! Mon nom est Charles-Étienne. Lundi dernier mon papa et ma maman ont eu la nouvelle de mon diagnostic sur mon état de santé. Il se trouve que je suis atteint d’un Trouble Envahissant du Développement (TED) dans le spectre de l’autisme. Je ne sais pas ce que c’est mais mes parents en sont très peinés. J’ai 2 ½ ans mais mon stade de développement ressemble plus à 18 mois. Par chance je n’ai pas de déficience intellectuelle ; je suis juste un non-verbal qui sait compter jusqu’à plus de 20 en croissant et décroissant et je sais mon alphabet. J’ai une très bonne compréhension, mais je fais les choses quand moi je suis prêt à les faire.

Il paraîtrait que plusieurs personnes ne savent pas ce qu’est l’autisme ou un TED. Il existe un petit film sur internet de moins de 5 minutes : Le voyage de Marie. Celui-ci peut aider à comprendre le phénomène.

La semaine dernière, juste parce que j’étais très content et que je sautais sur place en battant des mains (comme un papillon), une petite fille a demandé à ma maman si j’étais niaiseux comme ça aussi à la maison. Ma mère a compris que l’autisme n’est pas connu de tous et que la question venait d’un enfant, mais elle a eu mal quand même, car il ne faut pas oublier que la semaine dernière mes parents n’avaient pas encore eu le diagnostic.

J’épuise beaucoup mes parents parce que j’ai besoin de bouger tout le temps ; je suis hypersensible à certaines textures. Je suis aussi hyposensible, j’ai besoin de sentir la proprioception (les muscles qui sont plus en profondeur), ça explique que souvent je lance des objets ou que je tape des amis, je ne veux pas leur faire mal, je veux juste bien les sentir.

De plus, mes parents veulent ce qu’il y a de mieux pour moi. Ils veulent me stimuler le plus possible pour que je devienne une personne autonome qui pourra mener une vie normale. C’est pour ça qu’avec maman je fais des activités de développement sur le langage (même si je n’ai pas l’air très attentif) et d’autres activités pour développer la motricité globale et fine et tout plein d’autres aspects. Déjà d’être accepté dans un groupe, c’est beaucoup pour moi, car je peux socialiser et ne pas rester isolé chez moi. Plus je vais voir des comportements d’enfants de mon âge et plus je vais vouloir suivre leur exemple.

C’est agréable pour mes parents, car à chaque petit mot ou geste nouveau, c’est comme si j’avais réussi un très grand exploit.

Pour terminer, je veux juste vous dire merci pour votre compréhension, votre sourire, votre soutien et votre amitié envers moi et mes parents, c’est très apprécié et très précieux. Et plus mes parents vont garder le moral, mieux ils vont pouvoir m’aider dans mon développement.

Merci à vous tous.

— Nathalie Breton, participante au Café-rencontre de Soutien  famille

Réflexion
Un bénévolat d’avenir
« L’avenir est entre les mains de ceux qui auront su donner aux générations de demain des raisons de vivre et d’espérer. »

Pierre Teilhard de Chardin

Aujourd’hui, non seulement devenons-nous aînés de plus en plus jeunes, mais sommes-nous aussi actifs de plus en plus vieux. En effet, nous prenons généralement notre retraite plus tôt que les générations précédentes et nous jouissons plus longtemps d’une bonne santé. Si nous avons toujours de l’énergie, le bénévolat représente alors un choix judicieux. D’autant plus que cette étape représente plus ou moins le tiers de notre vie.

Lorsque nous choisissons de faire du bénévolat, c’est que nous avons probablement le souci d’améliorer la vie des autres. Nous nous intéressons à la génération suivante et à son éducation. Au mitan de notre vie, nous voyons le temps filer et souhaitons que notre vie devienne génératrice de quelque chose qui restera, qui nous succédera. En fait, nous désirons transmettre nos connaissances et nos valeurs à la génération montante.

Certains choisiront de transmettre des connaissances acquises au travail. Par exemple, les entreprises, secouées par les départs à la retraite nombreux et soudains d’employés compétents, tentent de retenir ceux qui peuvent transmettre leurs connaissances aux plus jeunes. D’autres encore choisiront de transmettre des valeurs familiales, sociales, humanitaires, politiques ou religieuses. Ici, nous retrouvons, par exemple, des grands-parents engagés dans des activités intergénérationnelles de quartier.

La Maison des Grands-Parents de Villeray est un carrefour où les aînés agissent dans un climat de bienveillance et de sollicitude. Nous sommes des passeurs de savoirs dont la société a besoin. Quoique vieillissants, nous avons paradoxalement plus de temps pour nous rendre utiles, libérés du travail contraignant et encore loin d’une vie passive. Tout bien considéré, le bénévolat des aînés enrichit le sens de leur vie et aide les plus jeunes à croire en leur avenir.

 — Marie St-Gelais

On n’est pas vieux tant que l’on cherche
Par un beau jour de juillet, me promenant au Marché Jean-Talon, j’aperçois sur un panneau-sandwich, devant la boucherie bio Saint-Vincent, la citation suivante de Jean Rostand : « On n’est pas vieux tant que l’on cherche ».

Je sens un petit sourire me monter aux lèvres, autant pour la pensée que pour l’idée de l’installer-là, comme ça, gratuitement, sans annoncer quoi que ce soit et, en plus, devant un commerce qui n’inspire pas nécessairement la poésie.

Ce qui me vient immédiatement à l’esprit est que je vais rester jeune longtemps puisque je cherche depuis un bon bout de temps déjà et que je suis loin d’être arrivée à destination. Je ne me sens ni essoufflée, ni découragée, loin de là ; je dirais plutôt que je me sens bien « vivante », sans beaucoup de certitudes certes, sauf celle de me sentir à la bonne place, dans un processus d’apprentissage qui ne s’arrêtera probablement qu’avec mon dernier souffle. Et je sais que je ne suis pas seule sur ce chemin, que nous sommes déjà une belle « gang » de « chercheurs et de chercheuses » pleins de vie et qui viennent d’apprendre que la vieillesse, pour eux, ce n’est pas pour aujourd’hui ni pour demain. Quelle bonne nouvelle !

En repensant à la boucherie qui a choisi d’afficher des citations plutôt que de la réclame, je suis heureuse de constater que mine de rien, des choses changent et que si nous prenons le temps de regarder au-delà des apparences nous pourrions avoir de belles surprises. À nous de découvrir cette « grandeur » en chacun de nous.

J’ai en tête cette très belle chanson de Raôul Duguay, Le voyage, qui parle de la vérité, du voyage intérieur et de celui qui cherche, justement :

Il n’y a de repos que pour celui qui cherche
Il n’y a de repos que pour celui qui trouve
Tout est toujours à recommencer…

 — Marité Perron

Chanson
Trop jeune ou trop vieux
Trop jeune ou trop vieux
Ce monde est partagé en deux
Mais pas pour ceux qui se comprennent avec les yeux
Trop jeune ou trop vieux
Ça n’a jamais voulu rien dire
On est vivant tant qu’on a l’âge de sourire

Trop gris ou trop bleu
Quelle est la vraie couleur du jour ?
C’est chaque fois question de cœur, question d’amour
Je connais des arbres
Plus forts que tous les hivers
Et des fleurs qui ne supportent pas la lumière

Il y a des églises
Enracinées dans leur printemps
Et des ruines qui n’ont pas vingt ans
Trop jeune ou trop vieux
Laissez-moi rire doucement
Le soleil est un enfant

 

Trop jeune ou trop vieux
Mathusalem était les deux
Jérusalem est à la mode et c’est tant mieux
Trop jeune ou trop vieux
La maxi-jupe est déjà morte
Et ça fait deux ou trois cent mille ans qu’on la porte

Trop jeune ou trop vieux
Le rock était né avant nous
Et des martiens le danseront bien après nous
Trop jeune ou trop vieux
Les cheveux courts, les cheveux longs
C’était réglé déjà du temps des pharaons

À force d’aller
Contre le vent ou dans le vent
On finit par vivre dans du vent
Trop jeune ou trop vieux
De Charlemagne à grand-maman
Nous sommes tous des enfants

Paroles : Frida Boccara

À noter à votre agenda
Brunch intergénérationnel
Le prochain brunch aura lieu le dimanche 23 octobre sous le thème « Découvrir un milieu d’implication stimulant pour les aînés ».
11 h à 12 h :
Brunch
12 h à 13 h : Animation
Veuillez confirmer votre présence avant le jeudi 20 octobre.

Bienvenue à tous !

Vente moitié prix à la Friperie
Le mercredi 2 novembre, de 10 h à 17 h, la maison tiendra une vente moitié prix sur tous les vêtements, articles de maison et livres de la Friperie.

Aussi, vous pourrez acheter des articles uniques confectionnés par les bénévoles de l’Artisanat.

Une opportunité de vous procurer des cadeaux pour diverses occasions.

Bienvenue à tous !

Invitation à chanter
La maison invite toute personne qui aime chanter à se joindre au groupe de chant intergénérationnel. Les pratiques ont lieu les jeudis de 15 h 15 à 16 h 45.

Invitation aux enfants (8 ans +) de 15 h 45 à 16 h 45.

Pour information et inscription :
514-383-9108.

Bienvenue à tous !