La Maison des Grands-Parents de Villeray

 
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Mémoire collective

Le bulletin Mémoire collective est une publication trimestrielle qui a pour but d'informer et de divertir les membres et l'entourage de la Maison des Grands-Parents de Villeray.

Normalement publié en format papier et distribué gratuitement par la poste régulière, le bulletin est également disponible dans internet en version abrégée. Vous pouvez vous procurer la version papier du bulletin Mémoire collective, en communiquant avec nous par téléphone ou par courriel. Nous sommes également en constante recherche de textes à publier; alors si vous êtes intéressés, remplissez le formulaire « À vos plumes ».

novembre - décembre 2011

Le billet
L'occasion de...

Il me semble qu’il n’y a pas si longtemps j’étais à écrire le billet pour le bulletin septembre-octobre et nous voilà déjà à la fin novembre à deux pas des fêtes de Noël et du jour de l’An. À l’approche de cette période de réjouissances, de partage, de vacances, de rencontres en  famille, entre amis, pour la MGPV c’est une belle occasion de remercier tous les bénévoles qui tout au long de l’année se sont impliqués avec cœur pour le mieux-être de leur communauté. Parce qu’ils et elles croient en la mission de la Maison, ces bénévoles reçoivent des gestes et des paroles qui témoignent des bienfaits de leur implication auprès des diverses générations. Je les remercie pour leur engagement et leur persévérance ainsi que pour leur amour souvent inconditionnel envers les jeunes et les moins jeunes.

Cette année, nous avons recruté plusieurs nouveaux bénévoles. L’ensemble des bénévoles les a accueillis chaleureusement et avec une belle ouverture favorable à leur intégration dans l’équipe. Chacun et chacune à sa façon, avec ses expériences, ses habiletés et ses passions fait de la MGPV un milieu enrichissant pour tous. Le désir d’aider amène aussi les bénévoles à se dépasser en explorant de nouvelles avenues qu’il ou elle n’aurait jamais pu imaginer atteindre. On oublie presque ses propres limites pour permettre, par exemple, à une jeune de vivre une expérience enrichissante et valorisante.

Par ailleurs, c’est aussi l’occasion pour les participants et les bénévoles de chaque activité de partager un moment plus festif et de développer davantage de belles relations intergénérationnelles qui pourront se poursuivre dans le futur.

En terminant je désire vous souhaiter un merveilleux temps des fêtes rempli d’amour, de plaisir, d’harmonie et de détente.

 — Clémence Racine

Image de plumes et encrier
À vos plumes !
Afin d’enrichir notre bulletin, nous vous invitons à nous proposer des textes, notamment sous les rubriques suivantes :

Un brin de poésie
La poésie adoucit les cœurs et procure un mieux-être. Si vous désirez apporter votre contribution, nous vous invitons à nous proposer vos poésies ou celles d’auteurs connus.
Place aux bénévoles
Cette nouvelle rubrique s’adresse aux bénévoles qui désirent écrire un texte témoignant des actions et des relations intergénérationnelles au cœur de La Maison des Grands-Parents de Villeray. L’invitation est lancée à tous les bénévoles.
Le coin du souvenir
Vous aimeriez partager un souvenir de votre enfance ou de votre jeunesse ? Écrivez-nous un texte correspondant à une page du bulletin. Les plus jeunes générations ont plaisir à découvrir l’histoire des aînés.
Place aux jeunes générations
Cette rubrique a pour objectif de permettre aux jeunes générations de s’exprimer sur différents sujets soit de façon autonome ou à travers des projets scolaires ou communautaires. Les aînés désirent connaître des jeunes leurs valeurs, leurs opinions et leurs intérêts.
Témoignage
Il est toujours intéressant et enrichissant de lire des témoignages soit de membres, de participants ou de collaborateurs qui nous expriment leur appréciation d’une activité ou d’une action, qui les a particulièrement touchés ici à La Maison des Grands-Parents de Villeray.

Nous attendons vos textes avec grand intérêt, alors n'hésitez pas à remplir le formulaire « À vos plumes! ». La date de tombée pour nous soumettre vos textes est le 9 janvier 2012.

Les nouvelles MGPV
Belle rencontre
Cette année encore, l’organisme l’Hirondelle a invité deux bénévoles de La Maison des Grands-Parents à participer à une rencontre interculturelle et intergénérationnelle avec des pères immigrants. Yves Bernard et moi-même sommes allés à cette réunion qui avait lieu à leur local.

L’Hirondelle est un organisme qui vise à faciliter l’accueil et l’intégration des nouveaux arrivants au Québec et à montrer aux gens d’ici tous les avantages liés à la diversité des cultures et des expériences.

 

 

Le but est d’avoir des grands-parents québécois présents à cette rencontre et de partager nos expériences comme natifs de cette province, qui est leur hôte.

Dans une ambiance très amicale, nous avons discuté du thème de la soirée : Maurice Richard, l’idole des Québécois.Après avoir regardé des extraits du film sur Maurice Richard, un goûter a été servi et une conversation animée a suivi sur les sports dans le monde et a ensuite débouché sur tous les sujets de l’heure au Québec et ailleurs.

En mai dernier, une activité semblable a eu lieu à La Maison des Grands-Parents, sur la terrasse, par une belle journée d’été. Certains arrivants avaient apporté de la bouffe typique de leurs pays que nous avons fait cuire sur le grill du barbecue.

Yves et moi avons apprécié cette expérience enrichissante de partage avec des gens de différentes origines.

 — Ronald Valiquette

Brunch intergénérationnel
Pendant que le mois d’octobre nous donnait de magnifiques journées d’été indien, La Maison des Grands-Parents offrait le
23 octobre un brunch dominical portant sur le bénévolat des aînés.

Une trentaine de personnes sont venues soit partager sur leurs activités de bénévolat, soit se renseigner sur l’organisme.

Après s’être régalé, entre autres, de croissants, fromage, fruits et café, un petit documentaire nous rappela de bons moments vécus à l’aide aux devoirs auprès d’enfants du niveau primaire.

Par la suite, des bénévoles ont témoigné de leur implication dans la halte-garderie, les cafés-rencontres pour mamans, l’artisanat, l’accueil, la friperie, les activités auprès des adolescents, la chorale... et j’en passe. Un climat amical et chaleureux et un bon goûter à partager, que demander de plus ? Alors rendez-vous au prochain brunch !

 — Danielle Paquin

Le Focusing vous dit-il quelque chose ?
Le lundi 24 octobre dernier, la MGPV invitait tous les bénévoles à participer à une rencontre portant sur le Focusing. Cette approche permet de développer des habiletés d’écoute, qui peuvent nous servir dans toutes nos relations.

Dans un premier temps, cette rencontre, qui a réuni une vingtaine de bénévoles, avait pour objectif de faire connaître et d’expérimenter cette approche, pour ensuite proposer aux bénévoles intéressés une série d’ateliers de formation offerts gratuitement par Denis Archambault, Marité Perron et Solange St-Pierre.

Sept personnes se sont inscrites à la formation. Nous espérons qu’elles pourront transmettre les bienfaits de cette approche et ainsi donner le goût à d’autres de vivre cette expérience.

 — Clémence Racine

Friperie vente moitié prix !
Du nouveau à La Maison des Grands-Parents de Villeray ! En remplacement du bazar qui avait lieu deux fois l’an, Mesdames Jacqueline Giguère et Fleurette Carrière ont proposé une nouvelle formule : une vente moitié prix, le premier mercredi de chaque mois, de 10 h à 17 h. La vente d’articles d’artisanat se fera le même jour, toutefois au prix régulier.

Belle initiative ! Fini le chambardement de la friperie à la grande salle et le retour, le lendemain du bazar, dans son local attitré. La promotion de ce nouvel horaire a paru dans notre bulletin Mémoire collective ainsi que dans les journaux du quartier et a porté fruit. La première vente, en novembre, a été très fructueuse ; nous avons accueilli un grand nombre d’intéressé(e)s. La friperie est une belle façon de connaître la Maison, de se familiariser avec ses bénévoles et de contribuer, de cette façon, au financement de la Maison.

La Maison profite de cet événement pour remercier Jacqueline Giguère de son dévouement sans bornes. Elle est une bénévole assidue depuis presque les débuts de la Maison et était responsable de la friperie depuis 1995. Dernièrement, elle a décidé de passer le flambeau de cette responsabilité à une autre bénévole, mais nous pourrons toujours la voir à l’œuvre quelques heures par semaine. Bravo Jacqueline et un grand merci de la part de la Maison et de tous ceux et celles qui vous ont connue et vous apprécient.

— Gaétane Maya

Chant intergénérationnel
Depuis plus de 10 ans, sous la responsabilité de Lucille Girard, la Maison offre l’activité de chant intergénérationnel. Jusqu’à maintenant, cette activité a regroupé des adultes de tous âges et des enfants. Dans l’esprit de la MGPV, c’est une belle occasion de développer de beaux liens intergénérationnels à travers le plaisir de chanter et de partager ses goûts musicaux. Aussi, peu importe l’âge, le chant est un loisir favorable à la détente.

 Dans le but d’attirer des adolescents, c’est à eux, cette année, que nous lançons tout particulièrement l’invitation à se joindre au groupe. Les ados sont plutôt difficiles à rejoindre pour la promotion d’une telle activité. Alors nous comptons sur votre collaboration pour parler de cette activité aux jeunes de votre entourage, vos enfants ou petits-enfants, vos neveux et nièces, vos voisins, etc. L’important c’est d’offrir à plus de jeunes possibles l’occasion de vivre de beaux moments avec des adultes qui partagent le même plaisir de chanter.

L’activité de chant a lieu tous les jeudis, de 15 h 15 à 16 h 45 ; les jeunes arrivent après l’école, vers 15 h 45.

— Clémence Racine

Cuisines collectives pour parents de jeunes enfants
Depuis quelques années déjà, des parents d’enfants de 0 à 5 ans participent aux cuisines collectives de la Maison. L’activité se déroule un mercredi sur deux, de 9 h à 15 h. Et comme une halte-garderie est offerte gratuitement, les jeunes parents peuvent cuisiner de façon agréable, sans s’inquiéter pour leurs petits.

En groupe, les parents cuisinent des repas diversifiés, économiques et complets pour leur famille, sous la supervision de Suzanne Viau, animatrice de cuisines collectives pour la Maison de quartier Villeray avec qui nous collaborons. À chaque atelier, deux ou trois recettes différentes sont préparées, pour un coût d’environ 2 $ par portion. Et notre cuisine est un lieu agréable où créer des liens d’amitié et d’entraide.

La planification de chaque atelier se prépare le lundi précédant la rencontre. Les jeunes parents intéressés sont donc invités à s’inscrire à La Maison des Grands-Parents de Villeray, au 514-383-9108.

— Nicole Cyr

Le coin du souvenirPlace aux jeunes générations
« C'était le temps des Fêtes »
Nous voici déjà en décembre ! Le froid, la neige, les traîneaux nous confirment l’hiver ! Il m’arrive quelques fois de rêver à cette belle période de l’année, au temps de mon enfance. Il me revient à la mémoire un Noël vraiment spécial vécu à l’âge de neuf ou dix ans.

Toute la famille de mon père demeurait à Saint-Eustache. Donc, c’était la coutume d’aller fêter Noël et le jour de l’An avec sa famille et sa parenté très nombreuse ! Un, deux et quelques fois trois enfants gagnaient la récompense, car c’était deux jours de fête complets, aller et retour, la grande aventure ! Cette année-là, je suis gagnante, avec un de mes frères de 15 ans. Donc en route pour la fête, souper de Noël, bal à l’huile, une nuit, couchée dans le lit de plumes avec mes petites cousines, que de joies, en si peu de temps ! Mais voilà qu’une grosse tempête de neige se déchaîne durant le trajet ! Les charrues tirées par les chevaux n’arrivent plus à nettoyer la seule route qui conduit chez ma tante Corinne, à Saint-Eustache.

Il fait très noir et les chevaux ne peuvent continuer la tâche. Tout le monde abandonne pour se reposer un peu. Heureusement, des résidents généreux sont venus à notre secours. Un jeune couple, qui avait un petit bébé, m’a offert de passer la nuit sur le sofa du salon. Mon père et mon frère ont été hébergés au magasin général, couchés sur des « paillasses ». Je pensais à ma robe neuve que je ne mettrais même pas…

Le lendemain avant-midi, la tempête avait cessé. Il fallait revenir à Montréal dès que possible. Je me souviens avoir pleuré, mais mon père m’a consolée, me disant : « Le premier dimanche qu’il fera beau, on reprendra ça ! ». Il m’a aussi expliqué comment, malgré tout, nous avions été chanceux d’avoir rencontré des personnes généreuses ! À chaque fois que nous allions en famille à Saint-Eustache, il faisait toujours un petit arrêt pour saluer ces bonnes personnes, un petit bonjour en passant. Je crois sincèrement que le petit Jésus a eu quelque chose à faire dans tout ça : il a permis de rencontrer de bonnes personnes au bon moment. Merci à Jésus, Joyeux Noël et Bonne Année à tous, petits et grands !

— Lucille Girard

Mes amies et les cafés-rencontres
Il y a de cela tout près de deux ans, mon amie Anne-Sophie me fait découvrir les cafés-rencontres de La Maison des Grands-Parents de Villeray, sous la responsabilité de Monique. Ce que j’y trouve, rencontre après rencontre, c’est beaucoup plus qu’un bon café offert si aimablement : j’y fais la connaissance d’une tablée d’amies.

Mes amies du café-rencontre sont des femmes magnifiques, des mamans dévouées et des grands-mamans gâteau. Bénévole-née, organisatrice hors pair, animatrice enjouée, participante attentive ou gardienne de mes enfants, chacune d’elles sait bercer mon cœur. C’est par lui que je reçois l’accueil chaleureux de tous ces regards bienveillants.

Ce que je vois autour de la table est l’animation joyeuse des sourires lumineux, la valse des mains tendues vers des poupons gavés d’amour. Coule alors le flot si désaltérant des paroles porteuses d’astuces et de solutions. Elles sont « Espoir » pour moi qui cherche comment soigner mes préoccupations toutes maternelles. Au cœur de ces préoccupations il y a certes ma couvée, ma maisonnée, mais aussi moi. Comme chacune des convives partage son expérience et ses bons conseils avec sincérité, l’écoute de ses pairs est absolue, respectueuse et réparatrice.

Le café-rencontre m’a vu arriver avec de grands besoins, et chaque fois je suis repartie comblée, forte, apaisée. J’y ai fait d’importants apprentissages qui m’ont fait grandir. Grâce à toutes ces femmes bien vivantes, je prends maintenant mon envol. Je n’ai qu’une envie : me poser sur le toit de ma maison et y chanter mon bonheur de vous connaître, de me connaître enfin.

Merci Maison des Grand-Parents !
Merci Johanne, animatrice-fée pour ta profonde sagesse !
Merci Anne-Sophie !

— Johanne Bilodeau, maman, mère et femme

 

Réflexion
La solitude... vous connaissez ?
« La solitude, ça n’existe pas », chantait Gilbert Bécaud. Que celui ou celle qui n’a jamais connu la solitude se lève… On voit souvent la solitude comme une réalité plutôt désagréable et souvent, on essaie de la fuir le plus possible. Pourtant, elle revêt plusieurs facettes : il y a la solitude que l’on choisit, celle qui est bénéfique et que nous devrions rechercher pour refaire le plein, nous reposer, nous retrouver, nous harmoniser. En effet, nous avons besoin d’un certain équilibre entre être en relation et se donner du temps pour soi. Il s’agit alors d’une solitude qui nous est bénéfique. L’autre facette, comme l’envers d’une médaille, est celle de la solitude que l’on subit, plus souvent qu’autrement, celle qui nous fait souffrir et que l’on voudrait bien éviter.

Par ailleurs, il ne faut pas confondre l’isolement et la solitude. L’isolement est plutôt le fait de n’avoir peu ou pas de contact avec d’autres humains, ce qui peut mener à la dépression et à la perte du goût de vivre. N’oublions pas que l’être humain est un être essentiellement relationnel et qu’il a besoin d’un minimum de contacts avec d’autres pour vivre en bonne « santé mentale ».

Même si nous avons un bon réseau d’amis, nous ne sommes pas à l’abri de moments de solitude auxquels nous souhaiterions échapper. C’est le cas par exemple du temps des Fêtes. Dans une entrevue publiée dans l’édition de septembre 2011 de la revue Le Bel Âge, le compositeur et pianiste, André Gagnon, déclare que, pour lui, « un symbole de grande solitude serait d’être seul à Noël ». Bien sûr, cette situation peut comporter certains avantages, comme par exemple, ne pas avoir de magasinage à faire pour l’occasion, ne pas avoir à acheter de cadeaux, ni se déplacer pour se rendre à un dîner, etc. Nous n’avons alors aucune pression et nous pouvons organiser notre journée à notre guise. Par ailleurs, manger seul, n’avoir personne avec qui échanger ou encore fêter, alors que l’on sait que la majorité des gens se retrouvent en famille ou entre amis ce jour-là, n’est pas nécessairement le choix que nous faisons, mais une situation avec laquelle nous devons composer, plus souvent qu’autrement.

Nous avons le choix de laisser aller les choses et de rester seul(e) ou de chercher à nous joindre à des ami(e)s ou encore d’inviter quelques personnes chez soi pour partager un repas auquel chacun(e) contribue, et d’en profiter pour jouer une bonne partie de scrabble ou de cartes. Malgré ce que l’on pense trop souvent, on a toujours le choix, bien que cela puisse demander un petit effort.

À tout hasard, j’ai fait une petite recherche pour connaître quelques activités offertes par certains groupes communautaires à l’occasion des fêtes, sans compter tous les concerts gratuits de la programmation des Maisons de la Culture. À vous de faire votre choix. Je vous souhaite des moments remplis d’amour et de paix.

16 décembre de 17 h à 21 h *Enfants et adultes*
La Maison d’Aurore 514-527-9075
Buffet froid, musique et magie
10 $ on doit acheter son billet à l’avance

23 décembre dès 16 h *Pour personnes et familles seules*
Patro Le Prévost 514-273-8535
Messe suivie d’un souper
Gratuit — 100 places seulement

25 décembre
Projet Changement 514-521-5145
Dîner-brunch pour les membres et amis des membres

 — Marité Perron

 

Voici un texte de Confucius qui m’a fait beaucoup réfléchir.

À la question : « Qu’est-ce qui vous surprend le plus chez les humains ? », Confucius a répondu :
« Ils perdent leur santé à faire de l’argent et par la suite perdent tout leur argent à tenter de la retrouver. En pensant anxieusement au futur, ils oublient le présent, de sorte qu’ils ne vivent ni le présent ni le futur. Finalement, ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir, et ils meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. »

Texte soumis par Gervaise Gingras

Chanson

Stille Nacht qui fut chantée pour la première fois le 24 décembre 1818 à Vienne sur une musique de Franz Xaver Gruber et des paroles de Joseph Mohr.

Sainte nuit !
Ô nuit de paix, sainte nuit,
Dans le ciel l'astre luit ;
Dans les champs, tout repose en paix.
Mais soudain, dans l'air pur et frais,
Le brillant chœur des anges
Aux bergers apparaît.

Ô nuit de foi ! Sainte nuit !
Les bergers sont instruits ;
Confiants dans la voix des cieux,
Ils s'en vont adorer leur Dieu ;
Et Jésus en échange
Leur sourit radieux.

Ô nuit d'amour ! Sainte nuit !
Dans l'étable, aucun bruit ;
Sur la paille est couché l'Enfant
Que la Vierge endort en chantant ;
Il repose en ses langes
Son Jésus ravissant.

Ô nuit d'espoir ! Sainte nuit !
L'espérance a relui ;
Le Sauveur de la terre est né ;
C'est à nous que Dieu l'a donné,
Célébrons ses louanges ;
Gloire au Verbe incarné.

Voici Noël !
Voici Noël, ô douce nuit !
L'étoile est là qui nous conduit.
Allons donc tous avec les mages,
Porter à Jésus nos hommages,
Car l’enfant nous est né,
Le fils nous est donné !

Voici Noël, oh ! Quel beau jour !
Jésus est né ! Quel grand amour !
C'est pour nous qu'il vient sur la terre
Qu'il prend sur lui notre misère.
Un sauveur nous est né,
Le fils nous est donné !

Voici Noël ! Ah ! D'un seul cœur
Joignons nos voix au divin chœur.
Qui proclame au ciel les louanges
De celui qu'annoncent les anges !
Oui l'enfant nous est né,
Le fils nous est donné !

Voici Noël, ne craignons pas,
Car Dieu nous dit : « paix ici-bas,
Bienveillance envers tous les hommes ! »
Pour nous aussi, tels que nous sommes,
Un sauveur nous est né,
Le fils nous est donné !

À noter à votre agenda
Vente moitié prix à la Friperie
Le mercredi 7 décembre, de 10 h à 17 h, la maison tiendra une vente moitié prix sur tous les vêtements, articles de maison et livres.

Aussi, vous pourrez acheter à prix régulier des articles uniques confectionnés par les bénévoles de l’Artisanat. Une opportunité de vous procurer des cadeaux pour diverses occasions.

« Soulager la faim, nourrir l'espoir »
À l’approche des fêtes, le Magasin-Partage Villeray représente une alternative aux paniers de Noël. Cette alternative permet aux personnes à faible revenu de sillonner les allées du magasin et de pouvoir ainsi
retrouver la possibilité de magasiner… « comme tout le monde »… Ces personnes auront alors à débourser 10 % du coût total de leurs achats. Pour accueillir plus de 750 familles, le Magasin-Partage Villeray a besoin de votre collaboration.

Implication bénévole : Implication lors de la tenue du Magasin-Partage les 14, 15, 16, 17 et 18 décembre 2011. Information : Johanne Rheault au 514-376-4141,  poste 4428.

Don de denrées : Nous vous invitons également à apporter à la MGPV, au plus tard le 13 décembre 2011, des denrées non périssables, de l’argent et des jouets en bon état. Cela égayera le Noël de familles qui connaissent des difficultés financières.

Voeux des Fêtes
Voeux des Fêtes novdéc 2011Au nom des bénévoles, du conseil d’administration et du personnel de la Maison, nous vous souhaitons joie et sérénité au cours de la prochaine année.

Nous sommes très heureux de partager avec vous le quotidien, porteur d’échanges, d’entraide et de solidarité intergénérationnels et interculturels.

Horaire de la période des fêtes
La Maison des Grands-Parents de Villeray sera fermée
du 22 décembre 2011 au 2 janvier 2012.

Nous serons donc de retour le 3 janvier 2012.